Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : On the road with Jerry...
  • On the road with Jerry...
  • : Remontons dans le temps, en pleine période des Sixties où un seul groupe semble avoir atteint le statut de légende : Grateful Dead. Jerry Garcia (disparu en 1995) personnage emblématique du groupe, guitariste hors pair vous emmène sur les traces d'une époque hors du commun...
  • Contact

WELCOME!!!

 

 

     

   
   

DE NOMBREUX CONCERTS LIVE 

 A VOTRE DISPOSITION

(vidéos) en cliquant sur :      

 

Les enregistrements LIVE

du Grateful Dead (audio)

en cliquant sur : 
      

   

LES ALBUMS

Cliquez sur les pochettes et découvrez les!!!

  

THE GRATEFUL DEAD (1967) :

undefined
ANTHEM OF THE SUN (1968):
album200-6060-copie-1.jpg
AOXOMOXOA (1969) :
undefined
LIVE/DEAD (1969)
undefined

AMERICAN BEAUTY (1970):

undefined

WORKINGMAN'S DEAD (1970):
undefinedSKULLS AND ROSES (1971):undefined
WAKE OF THE FLOOD (1973):

FROM THE MARS HOTEL (1974) :


BLUES FOR ALLAH (1975):


TERRAPIN STATION (1977) :

GO TO HEAVEN (1980):


IN THE DARK (1987):


GRATEFUL DEAD, LE FORUM
(en FR)

Image


GRATEFUL DEAD, le site
Cliquez sur :

 

 

Grateful Dead Listening Guide

Grateful Dead Listening Guide

  

QUIZZ WOODSTOCK
20 Questions...Testez-vous!!!

  ...en cliquant sur :

 

VOTRE MENU, Cliquez sur :

 

       Nombre de visiteurs :


POUR ACCEDER AUX ARTICLES, C'EST ICI:
Cliquez sur les photos de votre choix (ci-dessous) et accéder directement aux articles (par thème) du blog:

GRATEFUL DEAD & CO:

 

L'APRES GRATEFUL DEAD:



THE BEAT GENERATION:


LES FILMS 60's ET ACTUELS:



LA LITTERATURE 60's:



L'ART 60's:


SOUVENEZ-VOUS...:


GROUPES, ARTISTES 60's:


LA RELEVE ET CEUX QUI DURENT:


BOB DYLAN, ses textes traduits :


avec l'aide du site ci-dessous :
http://www.bobdylan-fr.com/


Discussion sur la notion
de "contre-culture" :

   

DISCROCK.COM

 

COURS D'HARMONICA avec Paul Lassey

 

"ON THE ROAD" - The Movie FR

On The Road - The Movie

 

THE BEAT MUSEUM

 

TOUS LES LIENS AUTOUR DE LA BEAT GENERATION,

cliquez sur :

 

LA REVOLUTION LENTE...

 

Archives

Cliquez sur ces liens :

   

...ET DECOUVREZ:

The site for Jam Band Music on the right side of the pond
  

STASH RADIO (GERMANY)

  

THE MORNING MUSIC
Toute l'actualité musicale sur :

 

"Frissons solaires d'un ange

de la désolation"

de Vince Larue

 

   

Illusory Flowers in an Empty Sky

Illusory Flowers in an Empty Sky 

Ferial

 


LE TREPONEME BLEU PALE
Treponeme bleu pale HS
 

 SEATTLE SOUND


EN MARGE 

 

Emotions électriques, le Rock Blog Libéré

kurt-cobain-1993-photo

  

5 mars 2008 3 05 /03 /mars /2008 20:17

undefinedPsych-Out (1968)undefined

Origine : Etats-Unis
Genre : Psychédélique

Réalisé par Richard Rush.
Avec Susan Strasberg, Jack Nicholson, Dean Stockwell, Bruce Dern, Adam Roarke, Max Julien.



undefinedL'histoire de "Psych-Out"


Jennie (Susans Strasberg) est une fugitive de 17 ans qui part à San Francisco à la recherche de son frère Steve (Dean Stockwell). Dans un café, elle rencontre Stoney (Jack Nicholson), un hippie, qui va l'aider à retrouver son frère. Avec sa bande de copains, Stoney va transformer Jennie en une hippie aux jupes courtes et vont parcourir tous les repères hippies d'Haight-Ashbury à la recherche de Steve.


La bande annonce du film



Un extrait du film (Jack Nicholson à la guitare ???)



Le film
undefined 
1h25 de délires psychédéliques en continu. Tout y passe : image kaléidoscopique, flous, éclairages aussi bariolés que les décors et que les costumes, séquences d'hallucinations... Des effets de style bien entendu très kitsch, mais pourtant pas désagréables. Principalement les hallucinations, très beaux moments d'onirisme faisant plonger le film dans une ambiance fantastique (les murs qui se mettent à fumer, la fille se noyant dans une piscine en flammes) voire horrifique (ce pauvre bougre qui sous l'influence du LSD voit ses amis sous forme de morts-vivants avant de remarquer que lui-même est en train de pourrir). 
undefined
Bien sûr, nous avons également droit à des scènes musicales, généralement des grands solos de guitare joués par Nicholson (?) dans des boîtes de nuit tout ce qu'il y a de plus 60's. Pourtant, elles ne sont pas gratuites : Stoney va ainsi connaître le succès, ce qui amène de profonds débats sur l'idéal hippie : doit-il faire passer le succès avant ses idéaux et donc intégrer une société qu'en principe il rejette ? Une problématique très ancrée dans le contexte de réalisation du film, et qui ne trouve plus guère d'écho aujourd'hui, tant les mouvements marginaux se révèlent bien moins développés que ne l'était le psychédélisme à l'époque, sans compter leur finalité forcément différente. 
undefined
Derrière ce questionnement existentiel finalement seulement effleuré se trouve aussi une description relativement minutieuse de la vie en communauté hippie, et sa perception par un personnage (celui de Strasberg) qui n'est au début pas hippie. Appartements bondés de gens dormant un peu partout, vie oisive, drogues à tout va, humour très particulier (un enterrement qui tourne à la fête), conception philosophique de l'art (le domaine le plus important dans la vie des hippies du film), bref, de quoi décontenancer l'héroïne. C'est une véritable introduction à la vie hippie qui lui est présentée, à elle mais aussi aux spectateurs. 

undefined
Bien sûr, les rires pourront fuser de la part de spectateurs modernes que nous sommes, mais bon, l'optique du film n'était assurément pas de transmettre une idéologie, mais davantage de la faire découvrir sous forme d'une docu-fiction adressée à la population de l'époque. Les relations entre personnages sont également abordées, et à travers elles sera abordé un autre questionnement idéologique : celui des sentiments amoureux. Liberté sexuelle ou jalousie ? Stoney sera tiraillé entre ses opinions personnelles et les conseils de ses amis hippies. Là encore, pas véritablement de réponse... 

Psych-Out est donc un véritable film d'exploitation, clairement adressé à un jeune public d'une époque donnée. Evidemment, ce n'est pas un chef d'oeuvre, mais ce que le film a perdu en crédibilité au fil des années, il l'a regagné grâce au décalage et à la curiosité vis-à-vis d'une époque toujours très réputée mais qui commence à se faire sérieusement distante...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Tonton 13/03/2008 19:36

Ouais je l'ai, je te filerais à l'occaz l'ami !!!

DJ DemonAngel 13/03/2008 19:33

ah bah tiens ouai si t'a le film ça m'interresse tiens !!