Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : On the road with Jerry...
  • On the road with Jerry...
  • : Remontons dans le temps, en pleine période des Sixties où un seul groupe semble avoir atteint le statut de légende : Grateful Dead. Jerry Garcia (disparu en 1995) personnage emblématique du groupe, guitariste hors pair vous emmène sur les traces d'une époque hors du commun...
  • Contact

WELCOME!!!

 

 

     

   
   

DE NOMBREUX CONCERTS LIVE 

 A VOTRE DISPOSITION

(vidéos) en cliquant sur :      

 

Les enregistrements LIVE

du Grateful Dead (audio)

en cliquant sur : 
      

   

LES ALBUMS

Cliquez sur les pochettes et découvrez les!!!

  

THE GRATEFUL DEAD (1967) :

undefined
ANTHEM OF THE SUN (1968):
album200-6060-copie-1.jpg
AOXOMOXOA (1969) :
undefined
LIVE/DEAD (1969)
undefined

AMERICAN BEAUTY (1970):

undefined

WORKINGMAN'S DEAD (1970):
undefinedSKULLS AND ROSES (1971):undefined
WAKE OF THE FLOOD (1973):

FROM THE MARS HOTEL (1974) :


BLUES FOR ALLAH (1975):


TERRAPIN STATION (1977) :

GO TO HEAVEN (1980):


IN THE DARK (1987):


GRATEFUL DEAD, LE FORUM
(en FR)

Image


GRATEFUL DEAD, le site
Cliquez sur :

 

 

Grateful Dead Listening Guide

Grateful Dead Listening Guide

  

QUIZZ WOODSTOCK
20 Questions...Testez-vous!!!

  ...en cliquant sur :

 

VOTRE MENU, Cliquez sur :

 

       Nombre de visiteurs :


POUR ACCEDER AUX ARTICLES, C'EST ICI:
Cliquez sur les photos de votre choix (ci-dessous) et accéder directement aux articles (par thème) du blog:

GRATEFUL DEAD & CO:

 

L'APRES GRATEFUL DEAD:



THE BEAT GENERATION:


LES FILMS 60's ET ACTUELS:



LA LITTERATURE 60's:



L'ART 60's:


SOUVENEZ-VOUS...:


GROUPES, ARTISTES 60's:


LA RELEVE ET CEUX QUI DURENT:


BOB DYLAN, ses textes traduits :


avec l'aide du site ci-dessous :
http://www.bobdylan-fr.com/


Discussion sur la notion
de "contre-culture" :

   

DISCROCK.COM

 

COURS D'HARMONICA avec Paul Lassey

 

"ON THE ROAD" - The Movie FR

On The Road - The Movie

 

THE BEAT MUSEUM

 

TOUS LES LIENS AUTOUR DE LA BEAT GENERATION,

cliquez sur :

 

LA REVOLUTION LENTE...

 

Archives

Cliquez sur ces liens :

   

...ET DECOUVREZ:

The site for Jam Band Music on the right side of the pond
  

STASH RADIO (GERMANY)

  

THE MORNING MUSIC
Toute l'actualité musicale sur :

 

"Frissons solaires d'un ange

de la désolation"

de Vince Larue

 

   

Illusory Flowers in an Empty Sky

Illusory Flowers in an Empty Sky 

Ferial

 


LE TREPONEME BLEU PALE
Treponeme bleu pale HS
 

 SEATTLE SOUND


EN MARGE 

 

Emotions électriques, le Rock Blog Libéré

kurt-cobain-1993-photo

  

20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 22:20

Rappelez vous, nous avons laissé Buko après une bonne soirée bien arrosée, sur le chemin du retour à son domicile...

 

"...mais alors que je n'étais qu'à deux blocks de ma piaule, a brusquement surgi devant moi une femme qui n'arrivait pas à faire démarrer sa voiture. et même lorsque le moteur se décidait à donner de la voix, elle était incapable de se dégager du trottoir. pourtant, elle se donnait un mal de chien pour y parvenir ; accélérant à fond pour aussitôt recaler après. et quand elle remettait les gaz, elle remerdait, comme si elle était en proie à la panique. or sa voiture était toute neuve, et voilà comment je me suis planté à quelques mètres d'elle afin de ne rien perdre du spectacle. et comment, d'une embardée sur l'autre, elle a fini par piler juste devant moi. je me suis alos penché pour mieux la voir. talons aiguilles, longs bas noirs, chemisier, boucles d'oreilles. une alliance mais pas de jupe. en slip seulement. un slip de couleur rose clair. il m'a fallu aspirer une bonne bouffée d'air matinal, car si son visage enridé trahissait un âge certain, ses jambes et ses cuisses évoquaient le printemps de la vie.
 de nouveau, elle a relancé le moteur, mais pour le même piteux résultat. descendant de mon trottoir, j'ai passé ma tête par la vitre :
- lady, vous feriez mieux de garer ici votre joujou. à cette heure du jour, les flics s'en donnent à coeur joie, et ce pourrait être votre fête.
- vous avez raison.
 elle s'est rapprochée ce qu'il fallait du trottoir, puis elle est sortie de sa voiture. sous son chemisier, les seins aussi étaient de première jeunesse. elle se tenait devant moi, juchée sur ses talons, en bas noirs et slip rose. il était 6 h 25 du matin, nous étions à Los Angeles. et la tête d'une vieille de 55 ans surmontait le corps d'une gamine de 18 ans.
- vous vous sentez vraiment bien? ai-je dit.
- bien sûr, quelle question!
- vraiment, vraiment?
- mais oui, puisque je vous le dis.
et pivotant sur elle même, elle a pris la tangente. sans que je me fasse quoi que ce soit pour la retenir, fasciné que j'étais par le trémoussement de ses fesses sous ce rose moulant et satiné. le tout s'éloignant de plus en plus de moi, descendant la rue, s'enfonçant au milieu des immeubles, et pas un témoin pour le constater. ni un flic, ni un lève-tôt, ni même même un oiseau. il n'y avait que moi et elle, ou plutôt ses fesses juvéniles qui continuaient de tressauter tandis qu'elle disparaissait au lointain. j'étais trop embrumé pour manifester une quelconque douleur, tout juste si, convaincu d'avoir une fois de plus râté l'occasion de m'en payer une tranche, j'étais tenaillé par une sorte de dépit animal. pourquoi donc n'avais-je pas trouvé les mots justes? les mots qui disent bien ce qu'ils veulent dire? d'ailleurs, avais-je même essayé? une planche à repasser, voilà ce que je méritais,oh, et puis merde, ce n'était qu'une détraquée qui se baladait en slip rose à 6h du matin.
 

elle pouvait s'accrocher pour que je lui coure après. et dire que personne ne me croirait - ne croirait à cette fable; mais soudain, comme je m'apprêtais à faire une croix sur elle, elle a fait volte-face et remis le cap sur moi. tout aussi appétissant, l'avant valait l'arrière. en vérité, plus elle se rapprochait, et plus elle me plaisait - excepté son visage, bien sûr. mais le mien n'est pas moins laid. de toute manière, c'est le visage qui fout le camp en premier quand la chance vous abandonne. ce n'est qu'après que le reste suit, mais plus lentement.
 or donc, elle marchait droit sur moi. et la rue était toujours déserte. il arrive que la folie coïncide si étroitement avec la réalité qu'elle devient la règle. à présent slip rose pantelait devant moi, avec pas la moindre âme qui vive entre Venise, Italie, et Venice, Californie, entre les portes de l'enfer et le dernier terrain vague de Palos Verdes.
 - épatant, vous êtes revenue! me suis-je exclamé.
- c'est que je voulais vérifier si j'étais bien garée.
 et elle m'a frôlé. j'étais limite de l'explosion. aussi l'ai-je harponnée par le bras.
 - suivez-moi, je n'habite pas loin. juste au coin de la rue. cassons-nous d'ici, allons boire un verre ou deux.
 d'entre ses rides, elle a posé ses yeux sur moi. et quoique je ne comprenais toujours pas comment une telle tête pouvait coller avec un tel corps, je bandais comme un cerf en rut.
- o.k., a t-elle susurré..."

Bien sûr, la suite au prochain article...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

anitaa 24/05/2008 15:49

A lire sans hésiter la trilogie d'Henry Miller Nexus Sexus Plexus.Bises

Tonton 22/05/2008 22:21

Merci Sly!!! Pour Buko, je te le conseille mais attention t'es prévenue!!!

sly 22/05/2008 21:44

j'avoue, que du buko, cela peu choquer,...en meme temp, c'est tellement vrai ce type de personnage...Dans mon entourage, y'avais des mecs un peu comme, ça, je dirais pas a cette extreme,...Mais bon genre, le bon portugais, qui aime picollé, et qui n'oublie pas une bonne vanne dégueulasse, ça m'a toujours, fait rire,...faut vraiment que je me procure ce bouquin...Bon retour a toi tonton....

Tonton 22/05/2008 21:06

corre, corre, corre...como un koala??? yo sé quien eres...koala...mira, regalo para ti : http://www.youtube.com/watch?v=8KW3E9uikgI

koala 22/05/2008 20:49

corre, corre, corre!