Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : On the road with Jerry...
  • On the road with Jerry...
  • : Remontons dans le temps, en pleine période des Sixties où un seul groupe semble avoir atteint le statut de légende : Grateful Dead. Jerry Garcia (disparu en 1995) personnage emblématique du groupe, guitariste hors pair vous emmène sur les traces d'une époque hors du commun...
  • Contact

WELCOME!!!

 

 

     

   
   

DE NOMBREUX CONCERTS LIVE 

 A VOTRE DISPOSITION

(vidéos) en cliquant sur :      

 

Les enregistrements LIVE

du Grateful Dead (audio)

en cliquant sur : 
      

   

LES ALBUMS

Cliquez sur les pochettes et découvrez les!!!

  

THE GRATEFUL DEAD (1967) :

undefined
ANTHEM OF THE SUN (1968):
album200-6060-copie-1.jpg
AOXOMOXOA (1969) :
undefined
LIVE/DEAD (1969)
undefined

AMERICAN BEAUTY (1970):

undefined

WORKINGMAN'S DEAD (1970):
undefinedSKULLS AND ROSES (1971):undefined
WAKE OF THE FLOOD (1973):

FROM THE MARS HOTEL (1974) :


BLUES FOR ALLAH (1975):


TERRAPIN STATION (1977) :

GO TO HEAVEN (1980):


IN THE DARK (1987):


GRATEFUL DEAD, LE FORUM
(en FR)

Image


GRATEFUL DEAD, le site
Cliquez sur :

 

 

Grateful Dead Listening Guide

Grateful Dead Listening Guide

  

QUIZZ WOODSTOCK
20 Questions...Testez-vous!!!

  ...en cliquant sur :

 

VOTRE MENU, Cliquez sur :

 

       Nombre de visiteurs :


POUR ACCEDER AUX ARTICLES, C'EST ICI:
Cliquez sur les photos de votre choix (ci-dessous) et accéder directement aux articles (par thème) du blog:

GRATEFUL DEAD & CO:

 

L'APRES GRATEFUL DEAD:



THE BEAT GENERATION:


LES FILMS 60's ET ACTUELS:



LA LITTERATURE 60's:



L'ART 60's:


SOUVENEZ-VOUS...:


GROUPES, ARTISTES 60's:


LA RELEVE ET CEUX QUI DURENT:


BOB DYLAN, ses textes traduits :


avec l'aide du site ci-dessous :
http://www.bobdylan-fr.com/


Discussion sur la notion
de "contre-culture" :

   

DISCROCK.COM

 

COURS D'HARMONICA avec Paul Lassey

 

"ON THE ROAD" - The Movie FR

On The Road - The Movie

 

THE BEAT MUSEUM

 

TOUS LES LIENS AUTOUR DE LA BEAT GENERATION,

cliquez sur :

 

LA REVOLUTION LENTE...

 

Archives

Cliquez sur ces liens :

   

...ET DECOUVREZ:

The site for Jam Band Music on the right side of the pond
  

STASH RADIO (GERMANY)

  

THE MORNING MUSIC
Toute l'actualité musicale sur :

 

"Frissons solaires d'un ange

de la désolation"

de Vince Larue

 

   

Illusory Flowers in an Empty Sky

Illusory Flowers in an Empty Sky 

Ferial

 


LE TREPONEME BLEU PALE
Treponeme bleu pale HS
 

 SEATTLE SOUND


EN MARGE 

 

Emotions électriques, le Rock Blog Libéré

kurt-cobain-1993-photo

  

7 juillet 2008 1 07 /07 /juillet /2008 19:50

Le journaliste, écrivain et photographe au blouson de cuir noir, Alain Dister, est mort le 2 juillet à l’âge de 66 ans.

« Critique de rock… fichu métier ! » écrit Alain Dister au début de la préface d'un recueil de chroniques paru l'an passé (Rock Critic, chez Castor Astral). Il a été l'un des seuls à l'exercer en pouvant dire : j'y étais. A 25 ans, il quitte sa banlieue pour l'Amérique. On est en 1966. Bientôt ce sera San Francisco, l'efflorescence californienne. Dister se fait hippie chez les hippies, rencontre Frank Zappa, Janis Joplin. Les souvenirs de cette époque ont été collectés dans Oh, hippie days ! (Fayard, 2001).


Un autre voyage initiatique a mené le fougueux reporter, également photographe, au siège de Rock & Folk, rue Chaptal à Paris. Le mensuel commence alors tout juste à fédérer ce qui deviendra le « public rock » des années 70. Alain Dister, de carnets en critiques, y impose sa signature, témoin d'une époque et gardien des figures qui feront souvent l'objet d'un livre (Hendrix, Pink Floyd, Grateful Dead…). En 1977, Rock & Folk lui offre une carte blanche et il la décline… en Sept Couleurs. Touchante anthologie intime où le calendrier s'arrête en 1970. A Londres, Dister hume le vent du punk, mais son cœur et son corpus resteront dans cette capsule musico-temporelle dont il n'est jamais tout à fait revenu. « Une jeunesse pousse l'autre », écrit-il encore dans la même préface. « Le tout, pour celui qui observe tout ce bazar, est de savoir rester adolescent. » A 66 ans, Alain Dister avait toujours un peu l'air de l'ado à qui on a dit la veille d'aller se couper les cheveux, et qui jamais ne le fit.


Note personnelle : Il y a peu de temps, je postais un article sur Alain Dister, concernant un de ces livres qui m'a donné l'envie de créer ce blog, il s'agit bien sûr de "Grateful Dead, une légende californienne" que vous pouvez retrouver en cliquant ICI.
Pas la peine de préciser que sans ce livre,
que j'ai lu et qui m'a permis de mieux connaître le groupe de musique dont je suis grand fan : Grateful Dead, ce blog n'existerait pas.
Je salue et rend hommage à cet homme, ce journaliste, cet écrivain et ce photographe.
 Salut à toi l'ami...et merci!!!







Ouvrages

  • Punk rockers ! (2006)
  • Couleurs sixties (2006)
  • Oh hippie, days ! carnets américains 1966-1969 (2001, republié en 2006)
  • Minimum Rock'n'Roll, N° 2 : Bagnoles, Dragsters, Autoroutes de l'enfer (2005)
  • Grateful Dead : une légende californienne (2004)
  • Ezy rider : en voyage avec Jimi Hendrix (1998)
  • Beat generation : la génération hallucinée (1997)
  • Cultures rock (1996)
  • Vivre vite : Chroniques de la course automobile (1995)
  • D'ou viens-tu Johnny ? (1993)
  • L'Âge du rock (1992)
  • The Cure (1989)
  • It's only rock'n'roll (1989)
  • Led Zeppelin : une illustration du Heavy Métal (1980)
  • Le Livre du Pink Floyd (1978)
  • Les Beatles (1975, republié en 2004)


Au fil du temps, écrivait-il sur son site internet, plus qu'aux héros du rock "je me suis de plus en plus interessé au public (...) J'ai assez vite réalisé que cela faisait un meilleur sujet que le type, là-haut, sous les projecteurs. Cette approche demeure l'une de mes préférées, au même titre que me balader sur la route et flâner dans des cités lointaines".

Son site internet : http://www.alaindister.com/

 

Son myspace : http://www.myspace.com/alaindister



"Oh, hippie days!"

Loin de toute nostalgie "fumeuse" ou idéalisée, ce livre rappelle avec force les réalités du mouvement des sixties. Reflet d’une génération qui se cherche, ce témoignage ne cache rien des essais et des erreurs, des rêves et des désenchantements.


" Je ne pars pas en vacances, moi. Je pars pour vivre une aventure, sur la route. " Juillet 1966, Alain Dister s’embraque sur un vol charter à destination de New York. C’est le début d’un été américain et d’une initiation à un nouveau monde.
De 1966 à 1969, il sera un des rares Européens à vivre au cœur des provocations novatrices et des réalités de l’utopie hippie. Trois ans pendant lesquels il ressentira les vibrations hallucinées des concerts de Frank Zappa ou Janis Joplin, s’abandonnera aux fêtes psychédéliques, s’enivrera des vapeurs artificielles de veillées ésotériques, jouira de la révolution sexuelle et " fera " la route, d’Est en Ouest, de communauté en communauté.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cyril 04/11/2010 11:50



oh hippies days est un regal a lire , on voyage avec lui !


ces photos sont belles egalement dans ezy rider notament. eh oui l ' un rare qui etait au bon endroit , au bon moment



Tonton 07/07/2008 23:50

J'ai rajouté une note personnelle dans cet article, qui devait être spécifiée.

El Sinsé 07/07/2008 23:07

No comment ... Et pourtant ...

anitaa 07/07/2008 22:42

Je suis certaine que tu aurais bien aimé être à ses côtés parfois. C'est rare un tonton de ton âge qui aime les Deads et toutes ces vieilleries :)Je te rassure , tu n'es pas le seul.bises