Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : On the road with Jerry...
  • On the road with Jerry...
  • : Remontons dans le temps, en pleine période des Sixties où un seul groupe semble avoir atteint le statut de légende : Grateful Dead. Jerry Garcia (disparu en 1995) personnage emblématique du groupe, guitariste hors pair vous emmène sur les traces d'une époque hors du commun...
  • Contact

WELCOME!!!

 

 

     

   
   

DE NOMBREUX CONCERTS LIVE 

 A VOTRE DISPOSITION

(vidéos) en cliquant sur :      

 

Les enregistrements LIVE

du Grateful Dead (audio)

en cliquant sur : 
      

   

LES ALBUMS

Cliquez sur les pochettes et découvrez les!!!

  

THE GRATEFUL DEAD (1967) :

undefined
ANTHEM OF THE SUN (1968):
album200-6060-copie-1.jpg
AOXOMOXOA (1969) :
undefined
LIVE/DEAD (1969)
undefined

AMERICAN BEAUTY (1970):

undefined

WORKINGMAN'S DEAD (1970):
undefinedSKULLS AND ROSES (1971):undefined
WAKE OF THE FLOOD (1973):

FROM THE MARS HOTEL (1974) :


BLUES FOR ALLAH (1975):


TERRAPIN STATION (1977) :

GO TO HEAVEN (1980):


IN THE DARK (1987):


GRATEFUL DEAD, LE FORUM
(en FR)

Image


GRATEFUL DEAD, le site
Cliquez sur :

 

 

Grateful Dead Listening Guide

Grateful Dead Listening Guide

  

QUIZZ WOODSTOCK
20 Questions...Testez-vous!!!

  ...en cliquant sur :

 

VOTRE MENU, Cliquez sur :

 

       Nombre de visiteurs :


POUR ACCEDER AUX ARTICLES, C'EST ICI:
Cliquez sur les photos de votre choix (ci-dessous) et accéder directement aux articles (par thème) du blog:

GRATEFUL DEAD & CO:

 

L'APRES GRATEFUL DEAD:



THE BEAT GENERATION:


LES FILMS 60's ET ACTUELS:



LA LITTERATURE 60's:



L'ART 60's:


SOUVENEZ-VOUS...:


GROUPES, ARTISTES 60's:


LA RELEVE ET CEUX QUI DURENT:


BOB DYLAN, ses textes traduits :


avec l'aide du site ci-dessous :
http://www.bobdylan-fr.com/


Discussion sur la notion
de "contre-culture" :

   

DISCROCK.COM

 

COURS D'HARMONICA avec Paul Lassey

 

"ON THE ROAD" - The Movie FR

On The Road - The Movie

 

THE BEAT MUSEUM

 

TOUS LES LIENS AUTOUR DE LA BEAT GENERATION,

cliquez sur :

 

LA REVOLUTION LENTE...

 

Archives

Cliquez sur ces liens :

   

...ET DECOUVREZ:

The site for Jam Band Music on the right side of the pond
  

STASH RADIO (GERMANY)

  

THE MORNING MUSIC
Toute l'actualité musicale sur :

 

"Frissons solaires d'un ange

de la désolation"

de Vince Larue

 

   

Illusory Flowers in an Empty Sky

Illusory Flowers in an Empty Sky 

Ferial

 


LE TREPONEME BLEU PALE
Treponeme bleu pale HS
 

 SEATTLE SOUND


EN MARGE 

 

Emotions électriques, le Rock Blog Libéré

kurt-cobain-1993-photo

  

23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 15:00

Pour Jack Kerouac, le terme, « beat » signifie « Être, d'une façon non dramatique, au pied de son propre mur ».

En 1957, Sur la route devenait le livre-symbole de la liberté, de la contestation des valeurs bourgeoises et de la révolte face à la cupidité du monde. Née à New York de l'amitié entre quatre hommes, Kerouac, Ginsberg, Cassady et Burroughs, la Beat Generation revendiquait des engagements politiques forts et refusait la course à l'argent. De leur vivant, les artistes Beat vivaient l'art comme une continuité, une a oeuvre commune.

Pour la première fois, leurs textes sont ici réunis selon leur vraie vocation et forment un tout cohérent. Préface par Gérard-Georges Lemaire OEuvre croisée est le recueil des expériences littéraires - dont le fameux cut-up - de Brion Gysin et William S. Burroughs à quatre mains et deux esprits réunis pour en former un troisième.

Désert dévorant est le roman d'un Je se changeant en une multitude d'Autres qui voient le monde autrement. Cette oeuvre rare, qui opère comme un charme, nous plonge dans l'inconscient de notre esprit prisonnier.

Série de carnets où Kerouac a noté toutes les séquences oniriques qui l'ont hanté, Le Livre des rêves fait surgir dans ses récits étranges les fantômes des membres de la Beat Generation.


Vieux camés, agents de la CIA, gangsters, hordes de garçons superbes menaçant tous les ordres existants : W. S. Burroughs fait jaillir dans Havre des Saints des fantasmes fulgurants.

Chronique politique de l'Amérique de 1965 à 1971, La Chute de l'Amérique est un cri de révolte, un voyage d'hallucination qui chante une réalité disloquée, le déclin de l'Occident, mais aussi sa sacralité et son éternité.


Jack Kerouac lit un passage de sa Vision's Of Cody avec Steve Allen au piano...images de Manhattan (de Woody Allen)


Partager cet article

Repost 0

commentaires

En marge 25/10/2008 00:06

Jack Kérouac en français (non, en québécois!) :http://en-marge.blog4ever.com/blog/lirarticle-164319-939763.html

sly 24/10/2008 22:22

Pour en revenir a into the wild cité ci-dessus,...Je ne crois pas que l'on puisse, être un fervent conssomateur, et apprécié ce film,...Ou du moins le comprendre,...Loin de moi l'idée de prendre les gens pour des cons,...Mais la plupart des gens que je connais et qui ne rêve que de nike et de playstation, ne vont pas voir ce genre de film,...Ou alors je me trompe,...Les spectateurs qui ont apprécié ce film, ont justement retrouvé une légitimité, dans ce besoin éternelle, de vivre pour ce qui nous fait vibrer, et non pour ce que le système nous dicte de faire,...On est juste un peu lache, pour lacher un travail, et vivre sa passion jusqu'au bout, quitte a vivre de pas grand chose,...C'est mon sentiment, perso,...Ce livre a l'air intéressant,...Pour l'instant je n'ai lu que sur la route de kerouac,...et du buko, mais il ne fait pas vraiment parti, de ce mouvement,...sly

En marge 24/10/2008 01:54

Yes, les beatniks des années 50 sont le creuset du mouvement hippie."Sur la route" est évidemment à lire en premier. Ensuite, effectivement "Les clochards célestes" où l'expérience solitaire de Jack nous plonge dans une certaine sagesse de soi (en contraste aux folies de "On the road"). En 3ème lecture, je conseillerais "Les anges vagabonds" qui est pour moi le meilleur, le plus riche en narration et en diversité et complexité des situations et réflexions, tout en contradictions et chaos intérieurs, dans des lieux hors Amérique comme sa période à Tanger. Pour finir, il faut lire "Big Sur" - "it is the end...", la fin, la perdition de Jack - que j'ai lu et relu et re-re, toujours en me disant qu'il y a dedans le "pourquoi du comment" les choses ont (mal) tourné un peu plus tard.

Tonton 23/10/2008 23:10

Tout à fait Olivier mais que veux tu tout le monde voit midi à sa porte aujourd'hui, l'humanité devient ou continue d'être progressivement apée par le matérialisme actuel, la société de consommation. Nous sommes une masse qui se dirige tout droit vers les abîmes de la stupidité collective et au lieu de nous emmener vers le haut, cet esprit collectif nous enfonce dicté par le profit, le confort et surtout la possession matérielle. Les écrivains de la beat generation avait au moins compris un truc : vivre le moment présent, avancer, profiter, bouger, arrêter de suivre ce que la société nous dicte, elle nous formate et injecte des doses quotidiennes de morphine. La contre culture est née de ces gars là, c'est un hymne à l'individualisme, à la liberté à la recherche perpetuelle du beat. La vie ne se résume pas à une maison, un travail, une voiture, un chien, un conjoint et un enfant...et tous les crédits qui vont avec. Kerouac disait, je le cite : "Les seuls gens qui existent sont ceux qui ont la démence de vivre, de discourir, d'être sauvés, qui veulent jouir de tout dans un seul instant, ceux qui ne savent pas bailler." Ta ref, olivier, à "Into the wild" est bonne et toi Genco si tu veux lire du Kerouac, commence par le meilleur "Sur la route" ou suit le conseil d'Olivier et lit "Les clochards célestes"...

petitlouis 23/10/2008 18:28

Ti Jean, un de mes auteurs américains préféré ...Bel hommage !