Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : On the road with Jerry...
  • On the road with Jerry...
  • : Remontons dans le temps, en pleine période des Sixties où un seul groupe semble avoir atteint le statut de légende : Grateful Dead. Jerry Garcia (disparu en 1995) personnage emblématique du groupe, guitariste hors pair vous emmène sur les traces d'une époque hors du commun...
  • Contact

WELCOME!!!

 

 

     

   
   

DE NOMBREUX CONCERTS LIVE 

 A VOTRE DISPOSITION

(vidéos) en cliquant sur :      

 

Les enregistrements LIVE

du Grateful Dead (audio)

en cliquant sur : 
      

   

LES ALBUMS

Cliquez sur les pochettes et découvrez les!!!

  

THE GRATEFUL DEAD (1967) :

undefined
ANTHEM OF THE SUN (1968):
album200-6060-copie-1.jpg
AOXOMOXOA (1969) :
undefined
LIVE/DEAD (1969)
undefined

AMERICAN BEAUTY (1970):

undefined

WORKINGMAN'S DEAD (1970):
undefinedSKULLS AND ROSES (1971):undefined
WAKE OF THE FLOOD (1973):

FROM THE MARS HOTEL (1974) :


BLUES FOR ALLAH (1975):


TERRAPIN STATION (1977) :

GO TO HEAVEN (1980):


IN THE DARK (1987):


GRATEFUL DEAD, LE FORUM
(en FR)

Image


GRATEFUL DEAD, le site
Cliquez sur :

 

 

Grateful Dead Listening Guide

Grateful Dead Listening Guide

  

QUIZZ WOODSTOCK
20 Questions...Testez-vous!!!

  ...en cliquant sur :

 

VOTRE MENU, Cliquez sur :

 

       Nombre de visiteurs :


POUR ACCEDER AUX ARTICLES, C'EST ICI:
Cliquez sur les photos de votre choix (ci-dessous) et accéder directement aux articles (par thème) du blog:

GRATEFUL DEAD & CO:

 

L'APRES GRATEFUL DEAD:



THE BEAT GENERATION:


LES FILMS 60's ET ACTUELS:



LA LITTERATURE 60's:



L'ART 60's:


SOUVENEZ-VOUS...:


GROUPES, ARTISTES 60's:


LA RELEVE ET CEUX QUI DURENT:


BOB DYLAN, ses textes traduits :


avec l'aide du site ci-dessous :
http://www.bobdylan-fr.com/


Discussion sur la notion
de "contre-culture" :

   

DISCROCK.COM

 

COURS D'HARMONICA avec Paul Lassey

 

"ON THE ROAD" - The Movie FR

On The Road - The Movie

 

THE BEAT MUSEUM

 

TOUS LES LIENS AUTOUR DE LA BEAT GENERATION,

cliquez sur :

 

LA REVOLUTION LENTE...

 

Archives

Cliquez sur ces liens :

   

...ET DECOUVREZ:

The site for Jam Band Music on the right side of the pond
  

STASH RADIO (GERMANY)

  

THE MORNING MUSIC
Toute l'actualité musicale sur :

 

"Frissons solaires d'un ange

de la désolation"

de Vince Larue

 

   

Illusory Flowers in an Empty Sky

Illusory Flowers in an Empty Sky 

Ferial

 


LE TREPONEME BLEU PALE
Treponeme bleu pale HS
 

 SEATTLE SOUND


EN MARGE 

 

Emotions électriques, le Rock Blog Libéré

kurt-cobain-1993-photo

  

10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 09:53

A la fin des années 70, Bob Dylan se convertit au christianisme et surprend son public en composant des morceaux à la gloire de Dieu.

Revenu de la musique country, Bob Dylan connaît une longue période rock dans les années 70. De confession juive, il décide alors de se convertir au christianisme et puise dans cette religion une nouvelle source d'inspiration. Suivent de nombreuses compositions gospel qui ne resteront pas dans les annales, excepté les titres Saved et Every Grain of Sand. Dans une atmosphère de plus en plus mystique, il oblige ses musiciens à prier avant chaque concert et à remercier Jésus lorsque le show est terminé.





" Judas ", c'est sur ces termes que les fans traitent Dylan suite à sa conversion au christianisme. 
Dylan dit avoir vu Jésus entrer dans sa chambre d'hôtel à Tucson pendant sa tournée et se convertit brusquement. Cette conversion le pousse à témoigner de sa nouvelle foi dans un disque : Slow Train Coming. On connaissait un Dylan croyant avec John Wesley Harding qui est considéré comme un album de " rock biblique " mais cette conversion au christianisme surprend les fans. La tournée qui précède l'album se transforme en sermons contre les pêcheurs mais ce discours devient irrationnel en humiliant les homosexuels, rejetant la faute sur les étrangers... Le ton de l'artiste devient haineux envers le monde. Il va même jusqu'à incendier le rock pendant ses concerts : " le diable s'est emparé du rockn'roll pour son propre intérêt ". Cette conversion et cette haine inspire Dylan qui souhaite faire un " enregistrement professionnel ". Dylan part pour Muscle Shoals en Alabama pour enregistrer et s'entoure d'une équipe impressionante. Les deux légendes du soul Barry Beckett et Jerry Wexler sont à la production. Dylan enrôle Mark Knopfler et Pick Withers qu'il a remarqué avec le prometteur Dire Straits.





Slow Train Coming
commence par " Gotta Serve Somebody " (" il faut servir quelqu'un ") mettant en évidence la religiosité de l'album (Dylan recevra un Grammy Awards pour ce titre). Car pour Dylan, Jésus est celui qui fait prendre conscience à l'homme de toutes ses fautes. " Do Right To Me Baby " traite de la rédemption et " When He Returns " nous emmène directement à l'église. Dylan chante un rock furieux avec un ton colèrique et même sa période contestataire est blafarde à côté de cet album. Présenté ainsi, cet album ne paraît pas très réussi. Pourtant il faut reconnaître que musicalement il s'agit d'un album excellent. Le piano électrique de " I Believe In You " est génial, Dylan emprunte au raggae pour " Man Gaves To All The Animals " et la simplicité de " When We Returns " et son piano-voix est sidérante. Une chanson vient gâcher cet album : " Precious Angel " destinée à Mary Alice Carter qui est une amie qui l'a poussé à étudier la Bible. Zim ne s'est pas surpassé pour cette chanson pitoyable. L'accompagnement est de haut vol et sobre et prend à l'estomac.

Finalement Slow Train Coming s'avère un album à double tranchant. Dylan entame sa période chrétienne dont les textes ne sont pas les meilleurs qu'il ait écrit. En revanche la composition et les mélodies sont absolument magnifiques. Slow Train Coming est un album de rock avec des passages furieux où Dylan expose une haine qui est surprenante. Dylan surprend tout le monde avec cet album en mettant au grand jour sa religiosité mais aussi une colère qui lui était peu connue. Slow Train Coming est même vécu comme une provocation pour beaucoup de fans qui sont de plus en plus déroutés par un Dylan en perpétuelle mutation.


Article tiré du site http://www.xsilence.net


Gotta Serve Somebody

ALBUM : "SLOW TRAIN COMING" - 1979

Une chanson dont les paroles connaissent une évolution permanente en concert de manière souvent improvisée. Ce titre lui permit de remporter son premier Grammy Award  le 27 février 1980, pour la meilleur performance vocale rock masculine de l'année 1979.

 

 

Gotta Serve Somebody Vous devez servir quelqu'un
You may be an ambassador to England or France,
You may like to gamble, you might like to dance,
You may be the heavyweight champion of the world,
You may be a socialite with a long string of pearls
Vous pouvez être un ambassadeur en Angleterre ou en France,
Vous pouvez aimer jouer, vous pouvez aimer danser,
Vous pouvez être le champion du monde poids-lourd,
Vous pouvez être membre de la jet-set avec un long collier de perles
But you're gonna have to serve somebody, yes indeed
You're gonna have to serve somebody,
Well, it may be the devil or it may be the Lord
But you're gonna have to serve somebody.
Mais vous devrez servir quelqu'un, oui
Vous devrez servir quelqu'un,
Ca pourra être le diable ou ça pourra être le Seigneur
Mais vous devrez servir quelqu'un
.
You might be a rock 'n' roll addict prancing on the stage,
You might have drugs at your command, women in a cage,
You may be a business man or some high degree thief,
They may call you Doctor or they may call you Chief
Vous pouvez être un fou du rock'n'roll qui se déhanche sur scène,
Vous pouvez avoir des drogues quand vous le voulez, des femmes en cage
Vous pouvez être un homme d'affaire ou quelque voleur de haut vol,
Ils peuvent vous appeler docteur, ils peuvent vous appeler Chef
But you're gonna have to serve somebody, yes indeed
You're gonna have to serve somebody,
Well, it may be the devil or it may be the Lord
But you're gonna have to serve somebody.
Mais vous devrez servir quelqu'un, oui
Vous devrez servir quelqu'un,
Ca pourra être le diable ou ça pourra être le Seigneur
Mais vous devrez servir quelqu'un
.
You may be a state trooper, you might be a young Turk,
You may be the head of some big TV network,
You may be rich or poor, you may be blind or lame,
You may be living in another country under another name
Vous pouvez être policier de la route, ou un jeune turc,
Vous pouvez être à la tête d'une grande chaîne de télé,
Vous pouvez être riche ou pauvre, être aveugle ou infirme,
Vous pouvez vivre dans un autre pays sous un autre nom
But you're gonna have to serve somebody, yes indeed
You're gonna have to serve somebody,
Well, it may be the devil or it may be the Lord
But you're gonna have to serve somebody.
Mais vous devrez servir quelqu'un, oui
Vous devrez servir quelqu'un,
Ca pourra être le diable ou ça pourra être le Seigneur
Mais vous devrez servir quelqu'un
.
You may be a construction worker working on a home,
You may be living in a mansion or you might live in a dome,
You might own guns and you might even own tanks,
You might be somebody's landlord, you might even own banks
Vous pouvez être un maçon construisant une maison
Vous pouvez vivre dans un palais ou vous pouvez vivre dans un dôme,
Vous pouvez posséder des fusils, vous pouvez posséder des tanks,
Vous pouvez être le propriétaire de quelqu'un, vous pouvez même posséder des banques
But you're gonna have to serve somebody, yes indeed
You're gonna have to serve somebody,
Well, it may be the devil or it may be the Lord
But you're gonna have to serve somebody.
Mais vous devrez servir quelqu'un, oui
Vous devrez servir quelqu'un,
Ca pourra être le diable ou ça pourra être le Seigneur
Mais vous devrez servir quelqu'un
.
You may be a preacher with your spiritual pride,
You may be a city councilman taking bribes on the side,
You may be workin' in a barbershop, you may know how to cut hair,
You may be somebody's mistress, may be somebody's heir
Vous pouvez être un prédicateur avec sa fierté spirituelle,
Vous pouvez être un conseiller municipal prenant des pots de vin en cachette,
Vous pouvez travailler chez un coiffeur, vous pouvez savoir couper les cheveux,
Vous pouvez être la maîtresse de quelqu'un, ou l'héritier de quelqu'un
But you're gonna have to serve somebody, yes indeed
You're gonna have to serve somebody,
Well, it may be the devil or it may be the Lord
But you're gonna have to serve somebody.
Mais vous devrez servir quelqu'un, oui
Vous devrez servir quelqu'un,
Ca pourra être le diable ou ça pourra être le Seigneur
Mais vous devrez servir quelqu'un
.
Might like to wear cotton, might like to wear silk,
Might like to drink whiskey, might like to drink milk,
You might like to eat caviar, you might like to eat bread,
You may be sleeping on the floor, sleeping in a king-sized bed
Vous pouvez aimer porter du coton, vous pouvez aimer porter de la soie,
Vous pouvez aimer boire du whisky, vous pouvez aimer boire du lait,
Vous pouvez aimer manger du caviar, vous pouvez aimer manger du pain,
Vous pouvez dormir par terre, ou dans un grand lit
But you're gonna have to serve somebody, yes indeed
You're gonna have to serve somebody,
Well, it may be the devil or it may be the Lord
But you're gonna have to serve somebody.
Mais vous devrez servir quelqu'un, oui
Vous devrez servir quelqu'un,
Ca pourra être le diable ou ça pourra être le Seigneur
Mais vous devrez servir quelqu'un
.
You may call me Terry, you may call me Timmy,
You may call me Bobby, you may call me Zimmy,
You may call me R.J., you may call me Ray,
You may call me anything but no matter what you say
Vous pouvez m'appeler Terry, vous pouvez m'appeler Timmy,
Vous pouvez m'appeler Bobby, vous pouvez m'appeler Zimmy,
Vous pouvez m'appeler R.J., vous pouvez m'appeler Ray,
Vous pouvez m'appeler comme vous le voulez mais quoique vous disiez
You're gonna have to serve somebody, yes indeed
You're gonna have to serve somebody.
Well, it may be the devil or it may be the Lord
But you're gonna have to serve somebody.
Vous devrez servir quelqu'un, oui
Vous devrez servir quelqu'un,
Ca pourra être le diable ou ça pourra être le Seigneur
Mais vous devrez servir quelqu'un
.
Traduction de Christophe Veyrat,  notes de Jean-François Chappuis

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sly 14/05/2009 20:56

Je ne savais pas que Dylan c'étais convertit,...Surement un délire de l'époque,...Est il toujours chrétien ? a mon avis non...mais bon je connais pas assez l'artiste,...Mais je ne crois pas non plus qu'il soit homophobe,...

anitaa 13/05/2009 20:02

je ne connaissais pas cet épisode dans la vie de Dylan, que je qualifierais de triste si j'en juge une dérive homophobe et dictatoriale.Article intéressant : merci cher Tonton

En+marge 11/05/2009 16:27

J'ai bien aimé SAVED, musicalement, quand c'est sorti - mais comme tant d'autres, je ne comprenais pas cet engagement religieux à ce point de dévotion. A cette période précise, le rêve d'un autre monde étant consumé, on assiste à plusieur radicalisations douteuses comme celle de Dylan (mais Bob Marley et son empereur, ce n'était pas ce qu'il y a de plus cool non plus) - peut-être qu'une certaine déception en est la cause chez Dylan.