Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : On the road with Jerry...
  • On the road with Jerry...
  • : Remontons dans le temps, en pleine période des Sixties où un seul groupe semble avoir atteint le statut de légende : Grateful Dead. Jerry Garcia (disparu en 1995) personnage emblématique du groupe, guitariste hors pair vous emmène sur les traces d'une époque hors du commun...
  • Contact

WELCOME!!!

 

 

     

   
   

DE NOMBREUX CONCERTS LIVE 

 A VOTRE DISPOSITION

(vidéos) en cliquant sur :      

 

Les enregistrements LIVE

du Grateful Dead (audio)

en cliquant sur : 
      

   

LES ALBUMS

Cliquez sur les pochettes et découvrez les!!!

  

THE GRATEFUL DEAD (1967) :

undefined
ANTHEM OF THE SUN (1968):
album200-6060-copie-1.jpg
AOXOMOXOA (1969) :
undefined
LIVE/DEAD (1969)
undefined

AMERICAN BEAUTY (1970):

undefined

WORKINGMAN'S DEAD (1970):
undefinedSKULLS AND ROSES (1971):undefined
WAKE OF THE FLOOD (1973):

FROM THE MARS HOTEL (1974) :


BLUES FOR ALLAH (1975):


TERRAPIN STATION (1977) :

GO TO HEAVEN (1980):


IN THE DARK (1987):


GRATEFUL DEAD, LE FORUM
(en FR)

Image


GRATEFUL DEAD, le site
Cliquez sur :

 

 

Grateful Dead Listening Guide

Grateful Dead Listening Guide

  

QUIZZ WOODSTOCK
20 Questions...Testez-vous!!!

  ...en cliquant sur :

 

VOTRE MENU, Cliquez sur :

 

       Nombre de visiteurs :


POUR ACCEDER AUX ARTICLES, C'EST ICI:
Cliquez sur les photos de votre choix (ci-dessous) et accéder directement aux articles (par thème) du blog:

GRATEFUL DEAD & CO:

 

L'APRES GRATEFUL DEAD:



THE BEAT GENERATION:


LES FILMS 60's ET ACTUELS:



LA LITTERATURE 60's:



L'ART 60's:


SOUVENEZ-VOUS...:


GROUPES, ARTISTES 60's:


LA RELEVE ET CEUX QUI DURENT:


BOB DYLAN, ses textes traduits :


avec l'aide du site ci-dessous :
http://www.bobdylan-fr.com/


Discussion sur la notion
de "contre-culture" :

   

DISCROCK.COM

 

COURS D'HARMONICA avec Paul Lassey

 

"ON THE ROAD" - The Movie FR

On The Road - The Movie

 

THE BEAT MUSEUM

 

TOUS LES LIENS AUTOUR DE LA BEAT GENERATION,

cliquez sur :

 

LA REVOLUTION LENTE...

 

Archives

Cliquez sur ces liens :

   

...ET DECOUVREZ:

The site for Jam Band Music on the right side of the pond
  

STASH RADIO (GERMANY)

  

THE MORNING MUSIC
Toute l'actualité musicale sur :

 

"Frissons solaires d'un ange

de la désolation"

de Vince Larue

 

   

Illusory Flowers in an Empty Sky

Illusory Flowers in an Empty Sky 

Ferial

 


LE TREPONEME BLEU PALE
Treponeme bleu pale HS
 

 SEATTLE SOUND


EN MARGE 

 

Emotions électriques, le Rock Blog Libéré

kurt-cobain-1993-photo

  

21 juillet 2009 2 21 /07 /juillet /2009 06:47

Anniversaire des 40 ans du festival de Woodstock oblige, voici un article assez intéressant écrit par Julien Demets pour Evene.fr. Il remet certaines choses à leur place et se veut tranchant. Avant 1969, il y eut d'autres festivals avant celui-là, tous aussi réussis les uns que les autres, voir bien meilleurs mais Woodstock se veut symbolique représentant la communauté hippie à son apogée (avant la chute inéluctable de ce mouvement), bien filmé et très populaire (qui a fait le tour du monde dans les salles de cinéma). Perso, le festival de Monterey de 1967 est incontestablement mon préféré mais moins connu, moins documentaire et Grateful Dead avait déjà refusé d'y figurer... dû, selon eux, à une mauvaise prestation sur scène!!! Le rêve hippie touche donc à sa fin en 1969 et Woodstock symbolise alors le début de ce que nous vivons actuellement : le business du monde artistique à tout point de vue et sa déchéance qui alimente nos débats sur ce blog...et puis tout n'a pas été parfait...on a découvert le film documentaire qui en a fait un mythe mais y a certaines choses qu'il ne vaut mieux ne pas parler (mais ici on va en parler quand même!!!) afin de garder en mémoire un grand festival de paix, d'amour et de musique...

Et puis il y a aussi des choses que vous ne savez pas ou que vous savez peut-être... mais ça on va le savoir rapidement car je vous propose aussi un questionnaire à la suite de cet article afin de voir si vous connaissez bien le festival de Woodstock de 1969...qui s'est déroulé en réalité à Bethel...hmmmm...

 


Bonne lecture et bonne chance!!!

Dans l'imaginaire collectif, Woodstock occupe une place quasi mythologique : il symbolise les années 1960, le mouvement hippie, les filles qui se promènent nues... Hélas, la réalité n'est pas aussi belle que le fantasme.
 

 



Heureusement que les hippies n'avaient pas été prévenus du réchauffement de la planète, auquel cas ils seraient restés chez eux. La tenue du Woodstock Music and Art Festival, du 15 au 17 août 1969, a en effet provoqué un embouteillage monstre : presque 500.000 festivaliers convergeant vers Woodstock, une ville près de New York qui servait de repère au milieu folk, dans des véhicules ne disposant même pas de pot catalytique (celui-ci sera introduit en 1988). Pire, Woodstock n'a même pas lieu à Woodstock mais à Bethel, une petite bourgade de 4.000 habitants située quelques kilomètres plus loin et dont le nom faisait trop champêtre pour que les organisateurs, le vice-président du label Capitol et quelques businessmen hippies (!), acceptent de le conserver. Décidément, ce festival cache beaucoup de choses…


Le début du marketing hippieBethel se situe exactement à 4.058 kilomètres de San Francisco. Ce n'est pas anodin. "Frisco" est le berceau de la contre-culture américaine, la capitale de hippie-land. Et c'est en Californie, à Monterey plus précisément, qu'avait eu lieu du 16 au 18 juin 1967 le premier grand festival beatnik. L'objectif de Woodstock consistait davantage à rassembler la jeunesse aisée des environs de New York, séduite par la mode hippie plus que par son contenu revendicatif. Dans le film 'Woodstock', réalisé à partir d'images tournées par Michael Wadleigh pendant le festival, on voit les immenses files d'attente formées par les spectateurs souhaitant appeler leurs parents pour les rassurer. Pas très rock'n'roll… Preuve de la vocation en partie mercantile du festival, son entrée était payante, au moins jusqu'à ce que les organisateurs ne se résolvent à enlever les barrières de filtrage devant l'afflux ingérable de spectateurs. On imagine la tête des 100.000 premiers arrivés qui, eux, avaient dû débourser 18 dollars… Dans un même souci de "communion universelle", les artistes les plus cotés ont perçu pour leur prestation un cachet substantiel : 18.000 dollars pour Jimi Hendrix. Alors qu'à Monterey, chaque tête d'affiche était venue gratuitement, à Woodstock, les nobles préceptes hippies sur le matérialisme ennemi ont déjà du plomb dans l'aile. Il ne s'agit pas d'enfermer le mouvement dans une lecture idéologique radicale ; on peut simplement déplorer que Woodstock fasse systématiquement référence dès qu'on évoque ce mouvement, alors qu'il n'en est que la version officielle et grand public, vidée de sa teneur contre-culturelle et annonciatrice de l'engagement creux des babas cool des années 1970 : le slogan "peace and love" paraîtra bien stérile en pleine crise économique...

Un demi-échec artistique

Du vendredi 15 au lundi 17 août 1969, plus de trente groupes se sont succédé sur la scène de Bethel. Parmi eux, The Jefferson Airplane, Sly & the Family Stone, Crosby, Stills & Nash, The Who, The Grateful Dead, Johnny Winter... Bref, un programme de rêve. Mais le documentaire de Michael Wadleigh témoigne des quelques ratés du concert. Ou plutôt, justement, il nous les épargne : Janis Joplin avait tout simplement refusé que sa prestation, en compagnie du Kozmic Blues Band, figure au montage final, tant elle la trouvait mauvaise ! Certes, c'est aussi à Woodstock que Jimi Hendrix interprétera sa mémorable version psychédélique de 'The Star-Spangled Banner', l'hymne américain. Mais pour avoir joué en dernier, le lundi au petit matin, il ne trouvera face à lui qu'un entassement de spectateurs assoupis dans la boue, le vomi et les vapeurs de LSD. De toute façon, le génial guitariste avait déjà réservé ses meilleurs "trucs" pour d'autres festivals : c'est sur la scène de Monterey, encore, qu'il avait brûlé sa guitare, pendant sa reprise du 'Wild Thing' des Troggs.






Joe Cocker ou Country Joe marqueront également le festival, le premier avec sa reprise théâtrale du 'With a Little Help from my Friends', qui fait passer l'originale des Beatles pour une comptine, le second en faisant épeler le mot "fuck" aux 400.000 personnes présentes : "Donnez-moi un F… Donnez-moi un U…" Pour le reste, Woodstock, ce sont surtout des stars en mauvaise forme, voire carrément défoncées (Tim Hardin devait ouvrir le festival mais son passage sera plusieurs fois repoussé, le temps qu'il "redescende"…), une poignée de seconds couteaux habillés en papier crépon et souriant mollement (The Incredible String Band, Sweetwater), et une démesure présageant tous les excès musicaux des années 1970 : il faut une sacrée résistance pour tenir jusqu'au bout du solo de Michael Shrieve, le batteur de Santana !


Un héritage aseptisé


En permettant pour la première fois de mesurer l'ampleur du mouvement de contestation américain, le festival de Monterey avait marqué une étape décisive dans le chamboulement culturel des sixties. Woodstock n'est que la queue de la comète : il a lieu deux ans plus tard, alors que les hippies sont désormais parfaitement identifiés. Il a donc surtout servi d'attraction médiatique, ce qui explique son impact supérieur à celui des autres grands festivals de l'époque. Mais de la même manière que les journaux télé s'emparent de chaque nouvelle mode pour en créer un archétype, l'institution a développé à travers Woodstock une version édulcorée du hippie, devenu une sorte de Jean-Pierre Darroussin éternel, troubadour lunaire et inoffensif, amour et pattes d'eph', un peu niais mais tellement attachant. Une image de gentil baba cool aujourd'hui utilisée dans des pubs pour des supermarchés. Une hérésie, quand on pense aux revendications des premiers beatniks : rejet des valeurs morales traditionnelles et de la société de consommation.




Preuve que le nom "Woodstock" n'est plus qu'un argument commercial, un nouveau Woodstock a été mis sur pied, en juillet 1999. Il réunissait tous les groupes mainstream de l'époque, la plupart n'ayant pas grand-chose à voir avec une quelconque idée de contre-culture : Limp Bizkit, Korn, Alanis Morissette... Mais le festival a tourné à l'émeute : des bagarres ont éclaté, un pylône fut incendié et Tim Commerford, le bassiste de Rage Against The Machine, a failli être lynché après avoir brûlé un drapeau américain. Enfin, Woodstock a tenu ses promesses.

Julien Demets pour Evene.fr - Février 2009

...ET MAINTENANT LE QUESTIONNAIRE :


Voici donc 20 questions sur le festival de Woodstock...pour y répondre, bien sûr, postez un commentaire et nous verrons si vous êtes ou non des spécialistes de ce grand rassemblement de paix, d'amour et de musique...hmmm c'est si beau d'écrire cela!!!...les réponses suivront dans un prochain article...bonne chance!!!

Question 1 :

Comment s'appelait le jeune entrepreneur hippie de spectacles (l'un des deux organisateurs du festival)
 qui a passé trois jours de rock, de paix mais surtout de motos à parcourir le site de Béthel dans tous les sens?

 

 

Question 2 :


Combien d'hectares faisaient le champ que Max yasgur a loué pour le festival à hauteur de 50 000 dollars mais qui a dû dédommager ses voisins après le festival à hauteur de 35 000 dollars?

Question 3 :

Combien de spectateurs ont assisté au festival de Woodstock?


Question 4 :

Un groupe et un artiste ont joué sur scène à ce festival, ils représentaient à l'époque à eux seuls deux courants musicaux : indien et latino qui ont influencé une nouvelle génération d'artistes. Qui sont-ils?

Question 5 :

Pouvez-vous citer les trois artistes de couleur qui se sont produits lors du festival?


Question 6 :

Un ancien Byrds, deux anciens Buffalo Springfield et un ancien Hollies, présents au festival, décident d'unir leurs efforts afin de former le premier "supergroupe américain". Qui sont-ils?

Question 7 :

Qui a composé le morceau "With a little help from my friends" (vidéo ci-dessous) que Joe Cocker a chanté à Woodstock?



Question 8 :

Pour quelle raison le groupe "The Doors" n'était pas à ce festival en 1969?

Question 9 :

Quel âge avait le batteur de Santana, dont la prestation avec le morceau "Sacrifice" reste un moment fort du festival (vidéo ci-dessous)?




Question 10 :

Combien d'accouchements sont à relever lors du festival?

Question 11 :

Qui a dit : "Woodstock, c'était une brassée de ploucs stupides dans la boue et Altamont, une brassée de ploucs furieux dans la boue" indice : à mes yeux, la plus jolie chanteuse psychée de l'époque...



Question 12 :

Quel artiste, à cette époque, habitait à Woodstock mais n'a pas participé au festival?

Question 13 :

Quel réalisateur de films, mondialement connu aujourd'hui, a été assistant réa sur le film documentaire de Woodstock?


Question 14 :

Richie Havens a ouvert le festival avec un mémorable "Freedom" (vidéo ci-dessous) mais il ne devait pas se produire normalement. Il a remplacé un groupe qui se trouvait alors dans les embouteillages? De quel groupe s'agit-il?

 



Question 15 :

Qui a refusé d'être filmé lors du festival et qui a dit : "Tout le monde était dans un trip avec ces putains de caméra, j'ai balancé : Que l'un de vous vienne me voir, je vais lui foutre un de ces coups de guitare!!" ?...pour beaucoup, cet artiste n'était pas présent car forcément il n'a pas été filmé mais il était bien présent. De qui s'agit-il? ...et oui tout n'était pas "peace & love"...Indice : il adore les bonnes vieilles bagnoles d'avant, il en fait collection...

Question 16 :

Y en a un, par contre (guitariste d'un fameux groupe), qui ne s'est pas privé d'éjecter un certain Abbie Hoffman (militant contestataire) de la scène alors que celui-ci était entrain de faire un discours impromptu durant le concert? De quel guitariste s'agit-il?



Question 17 :  

Quel groupe, jaloux de ce festival (apparemment) car pas présent à Woodstock, a décidé l'année suivante d'organiser et d'être la tête d'affiche du festival d'Altamont, festival qui a d'ailleurs enterré le rêve hippie?...fallait pas laisser les Hell's Angels faire la sécu!!!



Question 18 :

Quel artiste a dû se faire aider pour monter sur scène, dû à une prise d'alcool impressionnante mais dont la prestation a été exceptionnelle par la suite?

Question 19 :

Quelle drogue Carlos Santana a pris avant de monter sur scène?...la photo ci-dessous peut vous aider...quoique...




Question 20 :

Quel groupe a refusé de figurer sur le film à cause de sa mauvaise prestation, essentiellement dûe à la pluie? L'un deux, d'ailleurs, a dit : "Chaque fois que je touchais la guitare, je prenais une châtaigne. La scène était trempée, et je sentais l'électricité me traverser le corps".


Dernière question et celle-là est personnelle : 

- Qu'est ce qui vous a marqué le plus, la première fois que vous avez vu le film documentaire sur le festival de Woodstock? (un artiste, un morceau, un événement, un symbole, une scène...dîtes moi!!!)


Merci à vous, une note sur 20 vous sera attribuée...et oui comme à l'écooooole!!!

Les 20 réponses au questionnaire : cliquez ICI

...allez peace & love mis hermanos!!!

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

LADY MARIANNE 27/08/2009 11:01

bonjour et bienvenue dans ma communauté " forum libre expression "merci de ton choix - de ta confiance et de tes publications dans la communauté -bien amicalement  Lady Marianne

En marge 23/08/2009 11:32

Donc, NO PROBLEMO - dirait Omer S.

Tonton 23/08/2009 00:47

"Qui a pompé sur qui?"...c'est noté au début de l'article...c'est une source et je la signale à chaque fois quand c'est le cas...il n'y a pas de tromperie, de supercherie et de tricherie...il faut toujours rendre à César ce qui appartient à César...
Petit rappel : ce blog essaye de réunir le + d'infos possibles, d'événements ou de trucs dans le genre relatifs aux sixties dans divers domaines...quand y a "pompage"...la source est notifiée.
 

Anitaa 21/08/2009 21:21

heytrop tard pour répondre au questionnaire mais juste pour te dire qu'à 18 ans j'écoutais la K7 (oui c'est vieux) en boucle, que j'avais le poster dans ma chambre et que je suis née un 17 août hi hi

En marge 15/08/2009 15:40

Hahurissant ce pompage sur evene!Dis Tonton, celui qui afait celà te l'a au moins signalé? A priori, ce n'est pas le cas sinon il aurait au moins mantionné sa source. Est-ce un professionnel? C'est peut-être juridiquement attaquable...Le mouvement hippie et son père beatnick ont une influence énorme sur le monde présent puisque ts les courrants alternatifs actuels en sont plus ou moins l'héritage. Et qui sait? Demain, ce peuvent être ces idées-là qui triomphent. Ne cessons dc pas de rêver...