Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : On the road with Jerry...
  • On the road with Jerry...
  • : Remontons dans le temps, en pleine période des Sixties où un seul groupe semble avoir atteint le statut de légende : Grateful Dead. Jerry Garcia (disparu en 1995) personnage emblématique du groupe, guitariste hors pair vous emmène sur les traces d'une époque hors du commun...
  • Contact

WELCOME!!!

 

 

     

   
   

DE NOMBREUX CONCERTS LIVE 

 A VOTRE DISPOSITION

(vidéos) en cliquant sur :      

 

Les enregistrements LIVE

du Grateful Dead (audio)

en cliquant sur : 
      

   

LES ALBUMS

Cliquez sur les pochettes et découvrez les!!!

  

THE GRATEFUL DEAD (1967) :

undefined
ANTHEM OF THE SUN (1968):
album200-6060-copie-1.jpg
AOXOMOXOA (1969) :
undefined
LIVE/DEAD (1969)
undefined

AMERICAN BEAUTY (1970):

undefined

WORKINGMAN'S DEAD (1970):
undefinedSKULLS AND ROSES (1971):undefined
WAKE OF THE FLOOD (1973):

FROM THE MARS HOTEL (1974) :


BLUES FOR ALLAH (1975):


TERRAPIN STATION (1977) :

GO TO HEAVEN (1980):


IN THE DARK (1987):


GRATEFUL DEAD, LE FORUM
(en FR)

Image


GRATEFUL DEAD, le site
Cliquez sur :

 

 

Grateful Dead Listening Guide

Grateful Dead Listening Guide

  

QUIZZ WOODSTOCK
20 Questions...Testez-vous!!!

  ...en cliquant sur :

 

VOTRE MENU, Cliquez sur :

 

       Nombre de visiteurs :


POUR ACCEDER AUX ARTICLES, C'EST ICI:
Cliquez sur les photos de votre choix (ci-dessous) et accéder directement aux articles (par thème) du blog:

GRATEFUL DEAD & CO:

 

L'APRES GRATEFUL DEAD:



THE BEAT GENERATION:


LES FILMS 60's ET ACTUELS:



LA LITTERATURE 60's:



L'ART 60's:


SOUVENEZ-VOUS...:


GROUPES, ARTISTES 60's:


LA RELEVE ET CEUX QUI DURENT:


BOB DYLAN, ses textes traduits :


avec l'aide du site ci-dessous :
http://www.bobdylan-fr.com/


Discussion sur la notion
de "contre-culture" :

   

DISCROCK.COM

 

COURS D'HARMONICA avec Paul Lassey

 

"ON THE ROAD" - The Movie FR

On The Road - The Movie

 

THE BEAT MUSEUM

 

TOUS LES LIENS AUTOUR DE LA BEAT GENERATION,

cliquez sur :

 

LA REVOLUTION LENTE...

 

Archives

Cliquez sur ces liens :

   

...ET DECOUVREZ:

The site for Jam Band Music on the right side of the pond
  

STASH RADIO (GERMANY)

  

THE MORNING MUSIC
Toute l'actualité musicale sur :

 

"Frissons solaires d'un ange

de la désolation"

de Vince Larue

 

   

Illusory Flowers in an Empty Sky

Illusory Flowers in an Empty Sky 

Ferial

 


LE TREPONEME BLEU PALE
Treponeme bleu pale HS
 

 SEATTLE SOUND


EN MARGE 

 

Emotions électriques, le Rock Blog Libéré

kurt-cobain-1993-photo

  

1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 13:42

Hola todos!!!

 BarflyAvez-vous regardé ARTE dimanche dernier? non? pas bien...Arte est la seule chaîne potable que nous avons alors bon...vous avez donc loupé un film de Barbet Schroeder (réalisateur de "More") diffusé sur cette chaîne franco-allemande que j'adule!!!  

Il s'agit de Barfly, sorti en 1987. (Barfly signifie mouche de bar qu'on pourrait traduire par : pilier de bar). 

 Mickey Rourke y joue le rôle de Henry Chinaski, l'alter ego de Bukowski (et oui, bien connu sur ce blog), dans un Los Angeles rendu intemporel où la nuit semble pouvoir s'étirer à l'infini sur ses créatures. Chinaski boit, écrit des poèmes, arrive même parfois à ramener une fille, à condition qu'elle soit plus ivre morte encore que lui-même. Lorsque Henry rencontre Wanda (Faye Dunaway), les deux marginaux s'accrochent brutalement l'un à l'autre, dans un maelström de sentiments mêlant amour, ivresse, violence et folie. Alors que Henry aurait pu être publié lorsqu'un agent littéraire s'intéresse à ses travaux, et que de son côté Wanda aurait pu se défaire des hommes et des démons, le couple s'en remet à l'abandon, au chaos...

La bande annonce du film :



Barfly est réalisé autour d'un script écrit par Charles Bukowski à propos de sa propre vie.
(on s'en serait douté...)

 

L'intégralité du film est tournée en décors « naturels » : les bars en particulier, sont d'authentiques rades de Los Angeles.

Le personnage de Wanda représente Jane Cooney Baker, que Bukowski rencontre à 26 ans, dans un bar de LA. Elle avait alors 36 ans, déjà ravagée par l'alcool. Ils auront ensemble une histoire passionnée et violente, ne se retrouvant que pour boire ensemble. C'est l'époque où Buk écrit des nouvelles qui lui sont presque toutes renvoyées. Jane meurt quelques années plus tard, veillée par Bukowski, qui allait bientôt connaître le début de son succès.

Charles Bukowski fait un caméo dans le rôle d'un pilier de bar (voir vidéo à la fin de l'article)




A propos du réalisateur...Barbet Schroeder :

Enfant, il suit son père géologue en
Colombie. Il choisit la France pour mener ses études (au lycée Condorcet et au lycée Henri-IV, jusqu'au baccalauréat) puis à la Sorbonne (philosophie). Il collabore alors à la revue cinématographique Les Cahiers du cinéma dont l'ébullition est en train d'accoucher de la Nouvelle Vague.

Il réalise deux courts-métrages et Jean-Luc Godard le prend comme assistant dans Les Carabiniers. Convaincu de sa voie, il fonde, en 1962, avec Éric Rohmer la société de production Les Films du Losange, et produit les premiers films de l'ex-rédacteur en chef des Cahiers. Cette société, créée avec Rohmer, produira la quasi totalité de ce metteur en scène. Barbet Schroeder produit des films de Jacques Rivette, Jean Eustache, Rainer W. Fassbinder et Wim Wenders

Franchissant une nouvelle étape, Barbet Schroeder collabore avec les Pink Floyd pour More (1969) et La Vallée (1972), deux films qui donnent une grande place au thème de la liberté dans des décors représentatifs de la culture hippie. En 1974, il réalise un documentaire sur Idi Amin Dada dans lequel il révèle le dictateur. Il fait ensuite partie des cinéastes français, tel Jacques Demy, payés par les studios d'Hollywood pour écrire et réaliser des films aux États-Unis. La plupart repartiront sans rien réaliser.

Barbet Schroeder s'accroche, admirateur de
Charles Bukowski, il commande à celui-ci le scénario de Barfly. Des années passeront à convaincre les studios de réaliser Barfly. Barbet Scroeder entrera dans le bureau du producteur avec une scie électrique et menaçant de se couper un doigt s'il n'obtenait pas les crédits nécessaires. Il y gagnera un succès d'estime pour Barfly et l'amitié de Bukowski. Notons tout de même l'intervention financière de Francis Ford Coppola qui a été décisive, et qui a lancé la réalisation du film.

En outre, Le film lui assura une reconnaissance certaine et lui permit de réaliser Le Mystère Von Bülow pour lequel il fut cité aux
Oscars. Il réalisa ensuite plusieurs autres films américains avant de revenir en France.




Retrouvez les articles sur Bukowski avec "On the road with Jerry..." en cliquant sur l'image ci-dessous :

 

Petite dédicace à l'ami Jonathan...voici un cours passage du film où apparaît Bukowski...accoudé au bar bien-sûr :


Partager cet article

Repost 0

commentaires

En marge 16/02/2010 19:26


Disons que c'est le goulot qui lui a collé à la bouche...
Mais tout de même, il réalise là une belle performance au niveau d'expressions qui en font un personnage attachant dont on n'a pas envie que l'histoire se termine.


En marge 04/02/2010 15:57


Hola-hola - hé oui je l'ai vu ce Dimanche, excellent film. Faye Dunaway est une actrice top-niveau et Mikey Rourke m'a étonné dans ce rôle pas évident. Un bon moment de cinoche à la téloche.


Tonton 16/02/2010 15:46


Mickey Rourke a démontré par la suite sur certains tournages qui avait le niveau de Buko...pas pour l'écriture mais pour la bouteille!!! Rôle pas évident mais qui lui a collé à la peau...façon de
parler...


pier paolo 04/02/2010 08:56


Hola Tonton,
Merci pour ce billet fort documenté. Le film Barfly est passé plusieurs fois à la télé. Il y a une scène mémorable dans le film de crêpage de chignon entre deux filles se disputant les faveurs de
l'héros. Je voudrais signaler un auteur, il s'agit de John Fante avec son cycle consacré à son héros, Bandini. Bandini, c'est la vie d'un immigré italien aux Etats-Unis et un chant d'amour
formidable à Los Angeles. Si je parle de Fante, c'est qu'il a été la principale source d'inspiration littéraire de Charles Bukowski. Je trouve que la vie scandaleuse de Bukowski a un peu trop
éclipsé le talent littéraire de John Fante. En tout cas, voici ce que dit Bukowski concernant l'auteur de Bandini : "Le début du livre était un gigantesque miracle pour moi. J'avais une carte de la
Bibliothèque. Je sortis le livre et l'emportai dans ma chambre. Je me couchai sur mon lit et le lus. Et je compris bien avant de le terminer qu'il y avait là un homme qui avait changé l'écriture.
Le livre était Ask the Dust et l'auteur, John Fante. Il allait toute ma vie m'influencer dans mon travail."


Tonton 16/02/2010 15:44


Intéressant Mr Paolo!!! J'ai, en effet "Bandini" de John Fante dans ma bibliothèque mais pas "Ask the Dust"...à se procurer donc!!! Muchas gracias pour cette anecdote qui a, forcément son pesant
d'or!!!