Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : On the road with Jerry...
  • On the road with Jerry...
  • : Remontons dans le temps, en pleine période des Sixties où un seul groupe semble avoir atteint le statut de légende : Grateful Dead. Jerry Garcia (disparu en 1995) personnage emblématique du groupe, guitariste hors pair vous emmène sur les traces d'une époque hors du commun...
  • Contact

WELCOME!!!

 

 

     

   
   

DE NOMBREUX CONCERTS LIVE 

 A VOTRE DISPOSITION

(vidéos) en cliquant sur :      

 

Les enregistrements LIVE

du Grateful Dead (audio)

en cliquant sur : 
      

   

LES ALBUMS

Cliquez sur les pochettes et découvrez les!!!

  

THE GRATEFUL DEAD (1967) :

undefined
ANTHEM OF THE SUN (1968):
album200-6060-copie-1.jpg
AOXOMOXOA (1969) :
undefined
LIVE/DEAD (1969)
undefined

AMERICAN BEAUTY (1970):

undefined

WORKINGMAN'S DEAD (1970):
undefinedSKULLS AND ROSES (1971):undefined
WAKE OF THE FLOOD (1973):

FROM THE MARS HOTEL (1974) :


BLUES FOR ALLAH (1975):


TERRAPIN STATION (1977) :

GO TO HEAVEN (1980):


IN THE DARK (1987):


GRATEFUL DEAD, LE FORUM
(en FR)

Image


GRATEFUL DEAD, le site
Cliquez sur :

 

 

Grateful Dead Listening Guide

Grateful Dead Listening Guide

  

QUIZZ WOODSTOCK
20 Questions...Testez-vous!!!

  ...en cliquant sur :

 

VOTRE MENU, Cliquez sur :

 

       Nombre de visiteurs :


POUR ACCEDER AUX ARTICLES, C'EST ICI:
Cliquez sur les photos de votre choix (ci-dessous) et accéder directement aux articles (par thème) du blog:

GRATEFUL DEAD & CO:

 

L'APRES GRATEFUL DEAD:



THE BEAT GENERATION:


LES FILMS 60's ET ACTUELS:



LA LITTERATURE 60's:



L'ART 60's:


SOUVENEZ-VOUS...:


GROUPES, ARTISTES 60's:


LA RELEVE ET CEUX QUI DURENT:


BOB DYLAN, ses textes traduits :


avec l'aide du site ci-dessous :
http://www.bobdylan-fr.com/


Discussion sur la notion
de "contre-culture" :

   

DISCROCK.COM

 

COURS D'HARMONICA avec Paul Lassey

 

"ON THE ROAD" - The Movie FR

On The Road - The Movie

 

THE BEAT MUSEUM

 

TOUS LES LIENS AUTOUR DE LA BEAT GENERATION,

cliquez sur :

 

LA REVOLUTION LENTE...

 

Archives

Cliquez sur ces liens :

   

...ET DECOUVREZ:

The site for Jam Band Music on the right side of the pond
  

STASH RADIO (GERMANY)

  

THE MORNING MUSIC
Toute l'actualité musicale sur :

 

"Frissons solaires d'un ange

de la désolation"

de Vince Larue

 

   

Illusory Flowers in an Empty Sky

Illusory Flowers in an Empty Sky 

Ferial

 


LE TREPONEME BLEU PALE
Treponeme bleu pale HS
 

 SEATTLE SOUND


EN MARGE 

 

Emotions électriques, le Rock Blog Libéré

kurt-cobain-1993-photo

  

4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 12:47

Can you please crawl out your window? - 1965
ALBUM : "BIOGRAPH" - 1985


Une chanson sortie en 45 tours à l'époque, réminiscente de Positively 4th Street par la mélodie, dans une des versions Dylan reprend la même phrase "You got a lot of nerve to say you are my friend if you don't crawl out your window".
Elle est connue pour être à l'origine de la brouille de neuf ans avec le chanteur Phil Ochs. Pendant un trajet dans la voiture de Dylan, il aurait demandé à Ochs ce qu'il pensait de cette chanson, Ochs répondit qu'il ne la trouvait pas très bonne, ce à quoi Dylan rétorqua "Descends de ma voiture, tu n'es pas un chanteur, tu n'es qu'un journaliste!". Ils ne se réconcilièrent qu'à l'occasion du concert de soutien au Chili organisé par Ochs en 1974, auquel Dylan tenta de chanter quelques chansons après avoir fêté ses retrouvailles au bar du coin avec Ochs et Dave Van Ronk.

 


Can you please crawl out your window?

Si tu pouvais ramper hors de ta fenêtre?

He sits in your room, his tomb, with a fist full of tacks
Preoccupied with his vengeance
Cursing the dead that can't answer him back
I'm sure that he has no intentions
Of looking your way, unless it's to say
That he needs you to test his inventions.

Il est assis dans ta chambre, son tombeau, le poing plein de clous
Préoccupé par sa vengeance
Il maudit les morts qui ne peuvent lui répondre
Je suis sûr qu'il n'a pas l'intention
De te surveiller, sauf pour dire
Qu'il a besoin de toi pour tester ses inventions.

Can you please crawl out your window?
Use your arms and legs it won't ruin you
How can you say he will haunt you?
You can go back to him any time you want to.

Si tu pouvais ramper hors de ta fenêtre?
Sers-toi de tes quatre membres ça ne te tuera pas
Qu'est-ce qui te fait dire qu'il te poursuivra?
Tu peux revenir vers lui dès que tu le voudras.

He looks so truthful, is this how he feels
Trying to peel the moon and expose it
With his businesslike anger and his bloodhounds that kneel
If he needs a third eye he just grows it
He just needs you to talk or to hand him his chalk
Or pick it up after he throws it.

Il a l'air si sincère, est-ce son apparence
A essayer de peler la lune et de l'exhiber
Avec sa colère professionnelle et ses chiens de chasse qui s'agenouillent
S'il a besoin d'un troisième œil il le fait pousser
Il n'a besoin de toi que pour parler ou lui tendre sa craie
Ou la ramasser quand il l'a jetée.

Can you please crawl out your window?
Use your arms and legs it won't ruin you
How can you say he will haunt you?
You can go back to him any time you want to.

Si tu pouvais ramper hors de ta fenêtre?
Sers-toi de tes quatre membres ça ne te tuera pas
Qu'est-ce qui te fait dire qu'il te poursuivra?
Tu peux revenir vers lui dès que tu le voudras.

Why does he look so righteous while your face is so changed
Are you frightened of the box you keep him in
While his genocide fools and his friends rearrange
Their religion of the little ten women
That backs up their views but your face is so bruised
Come on out the dark is beginning.

Pourquoi a-t-il l'air si vertueux alors que ton visage est bouleversé
As-tu peur de la boîte dans laquelle tu le gardes
Pendant que ses idiots génocidaires et ses amis réarrangent
Leur religion des dix petites femmes
Qui soutiennent leurs points de vue mais ton visage est abîmé
Sors donc la nuit commence.

Can you please crawl out your window?
Use your arms and legs it won't ruin you
How can you say he will haunt you?
You can go back to him any time you want to.

Si tu pouvais ramper hors de ta fenêtre?
Sers-toi de tes quatre membres ça ne te tuera pas
Qu'est-ce qui te fait dire qu'il te poursuivra?
Tu peux revenir vers lui dès que tu le voudras.


Traduction et notes de François Guillez


Phil Ochs

Philip David Ochs (19 décembre 1940 - 9 avril 1976) était un auteur-compositeur-interprète américain de musique folk particulièrement actif durant les années 60.

Il est né dans la ville d'El Paso au Texas, dans une famille de classe moyenne. Il étudia le journalisme à l'Ohio State University, études qu'il abandonna la dernière année pour aller s'installer à New York. Il commença alors à composer plusieurs chansons ayant pour thèmes principaux la guerre, les droits civiques et la lutte des classes. Il se décrivait lui-même comme un « journaliste chantant » (singing journalist). On sait notamment qu'un autre grand nom de la musique folk , Bob Dylan, noua un grand lien d'amitié avec Phil Ochs.

Il fut très engagé contre la guerre du Viêt Nam. Il organisa plusieurs concerts contre le président Richard Nixon. Alcoolique, dépressif et déçu de son manque flagrant de succès commercial, il se donna la mort par pendaison le 9 avril 1976.

Phil Ochs, originaire du Texas s’inscrit à l’université de l’Ohio en classe de journalisme jusqu’à ce qu’il ambitionne de devenir chanteur, grisé par le succès de ses pairs, Bob Gibson, Woody Guthrie, Faron Young, Johnny Cash, Buddy Holly, et quitte en 1960 l’Etat pour rejoindre New York. En première partie de John Hammond Jr. il fait ses premières armes en tant que chanteur guitariste folk. Puis, peu à peu il connaît une certaine renommée et tient une place de choix dans le milieu folk new-yorkais aux côtés de Dylan, Pete Seeger, Tom Paxton, Joan Baez. Pris sous l’aile de Jac Holzman, directeur d’Elektra Records, Phil Ochs enregistre trois albums pour la firme qui deviennent des brûlots socio-politiques datant son époque. Se passionnant pour des thèmes d’actualité comme la guerre du Vietnam, la crise des missiles de Cuba, la défense des droits civiques, la liberté de divorcer, il s’affiche comme militant démocrate pour la classe ouvrière et au travers de ses textes condamne la politique menée par le gouvernement américain vis à vis des classes modestes. Devenant un des leaders de la scène folk new-yorkaise, son statut de chef de file lui attire quelques jalousies et notamment celles de Dylan qui le qualifie de journaliste avant d’être musicien. Bien que Phil vénère Dylan et fait tout pour gagner sa sympathie, ce dernier l’ignore jusqu’à devenir indirectement un des responsables de sa mort.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Tonton 11/12/2009 15:57


j'avoue, ça faisait un p'tit moment...un plaisir de vous revoir sur ce blog aussi messieurs!!!


En marge 04/12/2009 15:03


Le Tonton, il ns laisse mijoter sur Kérouac, ss new pendant de longues semaines - et vadavlan... Quand il se remets à son blog, on ne l'arrête plus...
Sacré Tonton !


leon COBRA 04/12/2009 14:52


Enfin de retour !!!

Tu nous manquais!

J'attends quelques souvenirs on the road...

Hasta l@ sidoré

Cobra