Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : On the road with Jerry...
  • On the road with Jerry...
  • : Remontons dans le temps, en pleine période des Sixties où un seul groupe semble avoir atteint le statut de légende : Grateful Dead. Jerry Garcia (disparu en 1995) personnage emblématique du groupe, guitariste hors pair vous emmène sur les traces d'une époque hors du commun...
  • Contact

WELCOME!!!

 

 

     

   
   

DE NOMBREUX CONCERTS LIVE 

 A VOTRE DISPOSITION

(vidéos) en cliquant sur :      

 

Les enregistrements LIVE

du Grateful Dead (audio)

en cliquant sur : 
      

   

LES ALBUMS

Cliquez sur les pochettes et découvrez les!!!

  

THE GRATEFUL DEAD (1967) :

undefined
ANTHEM OF THE SUN (1968):
album200-6060-copie-1.jpg
AOXOMOXOA (1969) :
undefined
LIVE/DEAD (1969)
undefined

AMERICAN BEAUTY (1970):

undefined

WORKINGMAN'S DEAD (1970):
undefinedSKULLS AND ROSES (1971):undefined
WAKE OF THE FLOOD (1973):

FROM THE MARS HOTEL (1974) :


BLUES FOR ALLAH (1975):


TERRAPIN STATION (1977) :

GO TO HEAVEN (1980):


IN THE DARK (1987):


GRATEFUL DEAD, LE FORUM
(en FR)

Image


GRATEFUL DEAD, le site
Cliquez sur :

 

 

Grateful Dead Listening Guide

Grateful Dead Listening Guide

  

QUIZZ WOODSTOCK
20 Questions...Testez-vous!!!

  ...en cliquant sur :

 

VOTRE MENU, Cliquez sur :

 

       Nombre de visiteurs :


POUR ACCEDER AUX ARTICLES, C'EST ICI:
Cliquez sur les photos de votre choix (ci-dessous) et accéder directement aux articles (par thème) du blog:

GRATEFUL DEAD & CO:

 

L'APRES GRATEFUL DEAD:



THE BEAT GENERATION:


LES FILMS 60's ET ACTUELS:



LA LITTERATURE 60's:



L'ART 60's:


SOUVENEZ-VOUS...:


GROUPES, ARTISTES 60's:


LA RELEVE ET CEUX QUI DURENT:


BOB DYLAN, ses textes traduits :


avec l'aide du site ci-dessous :
http://www.bobdylan-fr.com/


Discussion sur la notion
de "contre-culture" :

   

DISCROCK.COM

 

COURS D'HARMONICA avec Paul Lassey

 

"ON THE ROAD" - The Movie FR

On The Road - The Movie

 

THE BEAT MUSEUM

 

TOUS LES LIENS AUTOUR DE LA BEAT GENERATION,

cliquez sur :

 

LA REVOLUTION LENTE...

 

Archives

Cliquez sur ces liens :

   

...ET DECOUVREZ:

The site for Jam Band Music on the right side of the pond
  

STASH RADIO (GERMANY)

  

THE MORNING MUSIC
Toute l'actualité musicale sur :

 

"Frissons solaires d'un ange

de la désolation"

de Vince Larue

 

   

Illusory Flowers in an Empty Sky

Illusory Flowers in an Empty Sky 

Ferial

 


LE TREPONEME BLEU PALE
Treponeme bleu pale HS
 

 SEATTLE SOUND


EN MARGE 

 

Emotions électriques, le Rock Blog Libéré

kurt-cobain-1993-photo

  

22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 12:51

Hola todos,

Nous lisons et re-lisons, nous nous rappellons, nous débattons et prenons plaisir à parler de la Beat Generation sur ce blog...du Kerouac par-ci, du Snyder ou du Ginsberg par là, du Burroughs...et de la littérature contestataire...du Abbey, du Bukowski...

Aujourd'hui, je vous propose un nouveau thème à ce blog, que je mettrai dans la colonne de droite de cette page d'accueil et que je nommerai "La relève de la Beat Generation".

Et cette relève, c'est vous!!!
...car je vous invite tous, amoureux, accros à la littérature beat et à la contre culture, de laisser s'exprimer vos talents de poète, d'essayistes et pourquoi pas de romanciers sur ce blog.

Si la plume vous chatouille de temps à autre et que vous écrivez (sans vouloir forcément devenir un "Marc Levy"...que Dieu vous en préserve!!!),  que vous vous imaginez tel un Sal Paradise plus inspiré que jamais accompagné d'un Dean Moriarty au volant d'une furieuse auto traversant l'Amérique d'Ouest en Est et d'Est en Ouest...c'est le moment!!!

Vous désirez parler de folie, de drogue, de cette société de consommation que vous rejetez en bloc, de musique, de sexe, de voyage quel qu'il soit...

...allez-y, je vous prête ce blog le temps d'une évasion!!!

Envoyez moi vos écrits et je les posterai avec grand plaisir!!!
Voici mon adresse mail : olaf.vinklaf@hotmail.fr






Et pour commencer aujourd'hui, je tiens à saluer et remercier le tout premier :
Vince Larue.

Vince est un passionné de Blues (en particulier de Johnny Winter, d'Eric Sardinas, de Popa Chubby...dont il met en scène dans de superbes "illustrations Rock" qui peuvent également, aller de The Band à Grateful Dead...bientôt disponibles sur ce blog).

Vince carbure au Yerba Mate qui, pour le citer :"subjugue (ses) inspirations, apaise, dynamise, maintient en forme..." tout comme le sport (Triathlon, Marathon...) qu'il pratique assidument.

Ce qui attirera notre attention ici, c'est que Vince est un poète Beat à ses heures mais "c'est surtout par Hermann Hesse que tout a débuté" pour lui...(Steppenwolf, Demian, Siddhartha, Narcisse et Goldmund, Le jeu des perles, Knulp...) sans oublier Kerouac ou encore Nietszche...
Ses dernières lectures? "Les portes de la perception' d'Huxley, "Bandini" de Fante, "Crimes et Châtiments" de Dostoïevski...

Alors imaginez bien que lorsque Vince tombe sur un papier et un crayon, lorsque les riffs de blues donnent le tempo, lorsque le monde d'aujourd'hui dans lequel nous vivons lui impose une reflexion poussée sur notre existence même...le résultat est transcendant!!!

 Voici la première partie de ses écrits ainsi que quelques unes de ses illustrations les accompagnants...

 

La relève est assurée !!!


Je vous laisse le découvrir et apprécier...

Bonne lecture à tous et n'hésitez pas à m'envoyer les vôtres!!!


-----------------------------------------

  "Frissons solaires d’un ange de la désolation" par Vince Larue


Cri muet, à la mémoire

de la Beat Generation.

Parfois, quand la lumière s’éteint, je pleure.

Par où commencer ?

Par ce qui m’a fait descendre les marches de mon duplex,

récupérer papier et crayon, je crois. pour la première fois.

Je venais d’éteindre la lampe et Chet Baker poursuivait, de sa voix berceuse.

Parfois, quand la lumière s’éteint, je pleure.

Je venais de refermer

Kerouac City Blues, recueil hommage à Jack Kerouac

dont je m’acquitterai d’une longue analyse élogieuse et personnelle à son

égard, par respect. Simplement dire que ces témoignages de contemporains

ou non, me compressèrent le coeur, m’étreignirent l’âme.

Cette fois, la lumière est éteinte, et je pleure.





Après Lui, le déluge.

Et moi, je ne suis qu’une entité emportée par le déluge, saisissant au

passage un rayon de bibliothèque, juste celui qui me correspondait.

Autant dire, un moyen de précipiter ma noyade,

avec le goût de l’amertume en plus.

Bukowski, Céline, Dostoïevski, Nietzsche, Hesse et bien sûr Lui… Kerouac.

Juste le rayon qui me correspondait.

Après ça, plus grand chose n’a de sens. Tout est aberration.

Je ne suis Que résident français du XXIe,
 on ne m’en voudra pas de répéter,

alors, Pourquoi ?

Pourquoi la masse grouillante et bruyante est-elle pourvue d’une sensibilité

différente, ou bien pourquoi la mienne, de sensibilité, me bouffe-t-elle à ce

point ?

Je saurais encore me rendre compte de mon erreur ;

Mais après ces lectures, ce n’est pas moi qui ai tord.

Alors pourquoi ?



Dehors, la pantomime.

Et le bruit, de surcroît, un bruit mécanique, régulier, redondant.

Un bruit toléré, bien plus évocateur pour moi, que les échanges vocaux ;

- « Bonjour, comment allez-vous… » (Bruit de camion).

J’ai progressivement délaissé les cahiers pour les livres, les salles de classe

pour les routes et chemins. L’avenir certain pour l’incertain.

Foutu pour foutu ; je m’interpelle encore de ne pas trouver plus d’individus

dans mon cas. Comme le sentiment effrayant que le nombre engendrerait la

médiocrité.

‘‘Oui, l'homme a la vie dure ! Un être qui s'habitue à tout. Voilà, je pense, la

meilleure définition qu'on puisse donner de l'homme.’’ avait écrit

Dostoïevski, et il avait raison. Et ça me déprimait vraiment.

 



J’ai une idée par demi-journée concernant ce que je pourrais faire au lieu de

faire ce pour quoi j’ai passé tant d’années à étudier.

Des années presque entières à marteler un cerveau qui a cédé au cours de

l’année écoulée. Les révélations et stimulations l’ont emporté, la fureur de

vivre en quelque sorte, la béatitude extatique dépourvue d’artifices

s’affichant sans complexe avec ses souffrances: son inadaptabilité au

contexte actuel, son incompatibilité aux esprits conditionnés.

J’ai vidé ma calebasse de

yerba mate et Dylan me hurle ‘’Forever Young’’

dans l’oreille gauche, j’y suis sensible, The Band accompagne.

Chaque jour achevé est un soulagement… le heurt sera pour plus tard.

Quel risque de se soumettre par conviction à des résurgences ’’beat’’,

soixante ans après l’envol des premières poussières belles et bien balayées

aujourd’hui.


Les études m’ont poussé à bout, j’ai commencé à écrire.

Les lectures m’ont donné le goût, j’ai commencé à écrire.

Il s’agit pas de rien dire, il s’agit pas de surjouer.

Tout semble s’écrouler en se développant et on pousse

encore les jeunes pousses

à entrer dans le schéma mal bâti des anciens.

Je me moque d’ailleurs de connaître les responsables.

Simplement rappeler l’idée et reprendre cette phrase,

qu’ériger une tour, Dubaï ou l’Empire State…

« c’est mettre un doigt au cul du ciel »

c’est intolérable, c’est s’afficher.

Mais tout ce qui est moins visible et tout aussi bétonné l’est autant.

Laissez filer je vous demande, et il n’y aura pas longtemps à attendre

le salut.

Celui des corps et des esprits,

 

alors les faces se haleront délicieusement sous les rayons solaires

et nous vivrons enfin.

Délaissés de nos angoisses antérieures.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vince 03/04/2010 13:07



merci jeanne-marie, au plaisir de se recroiser, sans les masques!


pour tous je ferai mieux.



jeanne-marie 02/04/2010 23:33



Effectivement les illustrations sont très réussies ! Les textes sont interessants et bien écrits. Bonne continuation Vince ! :)



Vince 30/03/2010 15:06


merci bien.


pier paolo 29/03/2010 08:48


Il y a véritablement des phrases "coups de poing" dans le texte, Vince Larue a le sens de la formule et de l'image qui en jette. Les illustrations sont superbes. Elles ont du caractère et de la
personnalité.


sly 22/03/2010 21:32


j'avais pas tout lu, tu voulais dire un délire perso, genre beat generation...Je peu éssayer,...si c'est pourris tu jette...

Rien a voir mais Je sais pas si tu connais le film spinal tap, a mon avis oui...Je trouve qu'il carricature a merveille les groupes de rock...tu devrais en faire un article dans ton blog...quoique
qu'il parodie, peut être plus les 70's...
bye tonton


Tonton 28/03/2010 20:29


Hola Sly!!! que tal?
Oui, t'as tout compris...comme tu dis "un délire perso" collerait très bien!!! Fais toi plaisir avant tout!!!
Pour le film dont tu me parles et bah non, je ne connais pas mais vais essayer de me le procurer. Merci beaucoup pour l'info!!!
j'attends tes écrits...