Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : On the road with Jerry...
  • On the road with Jerry...
  • : Remontons dans le temps, en pleine période des Sixties où un seul groupe semble avoir atteint le statut de légende : Grateful Dead. Jerry Garcia (disparu en 1995) personnage emblématique du groupe, guitariste hors pair vous emmène sur les traces d'une époque hors du commun...
  • Contact

WELCOME!!!

 

 

     

   
   

DE NOMBREUX CONCERTS LIVE 

 A VOTRE DISPOSITION

(vidéos) en cliquant sur :      

 

Les enregistrements LIVE

du Grateful Dead (audio)

en cliquant sur : 
      

   

LES ALBUMS

Cliquez sur les pochettes et découvrez les!!!

  

THE GRATEFUL DEAD (1967) :

undefined
ANTHEM OF THE SUN (1968):
album200-6060-copie-1.jpg
AOXOMOXOA (1969) :
undefined
LIVE/DEAD (1969)
undefined

AMERICAN BEAUTY (1970):

undefined

WORKINGMAN'S DEAD (1970):
undefinedSKULLS AND ROSES (1971):undefined
WAKE OF THE FLOOD (1973):

FROM THE MARS HOTEL (1974) :


BLUES FOR ALLAH (1975):


TERRAPIN STATION (1977) :

GO TO HEAVEN (1980):


IN THE DARK (1987):


GRATEFUL DEAD, LE FORUM
(en FR)

Image


GRATEFUL DEAD, le site
Cliquez sur :

 

 

Grateful Dead Listening Guide

Grateful Dead Listening Guide

  

QUIZZ WOODSTOCK
20 Questions...Testez-vous!!!

  ...en cliquant sur :

 

VOTRE MENU, Cliquez sur :

 

       Nombre de visiteurs :


POUR ACCEDER AUX ARTICLES, C'EST ICI:
Cliquez sur les photos de votre choix (ci-dessous) et accéder directement aux articles (par thème) du blog:

GRATEFUL DEAD & CO:

 

L'APRES GRATEFUL DEAD:



THE BEAT GENERATION:


LES FILMS 60's ET ACTUELS:



LA LITTERATURE 60's:



L'ART 60's:


SOUVENEZ-VOUS...:


GROUPES, ARTISTES 60's:


LA RELEVE ET CEUX QUI DURENT:


BOB DYLAN, ses textes traduits :


avec l'aide du site ci-dessous :
http://www.bobdylan-fr.com/


Discussion sur la notion
de "contre-culture" :

   

DISCROCK.COM

 

COURS D'HARMONICA avec Paul Lassey

 

"ON THE ROAD" - The Movie FR

On The Road - The Movie

 

THE BEAT MUSEUM

 

TOUS LES LIENS AUTOUR DE LA BEAT GENERATION,

cliquez sur :

 

LA REVOLUTION LENTE...

 

Archives

Cliquez sur ces liens :

   

...ET DECOUVREZ:

The site for Jam Band Music on the right side of the pond
  

STASH RADIO (GERMANY)

  

THE MORNING MUSIC
Toute l'actualité musicale sur :

 

"Frissons solaires d'un ange

de la désolation"

de Vince Larue

 

   

Illusory Flowers in an Empty Sky

Illusory Flowers in an Empty Sky 

Ferial

 


LE TREPONEME BLEU PALE
Treponeme bleu pale HS
 

 SEATTLE SOUND


EN MARGE 

 

Emotions électriques, le Rock Blog Libéré

kurt-cobain-1993-photo

  

13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 21:18
Promoteur de tournées américain, 1965-1991 : né en 1931 à Berlin, Allemagne, mort en octobre 1991 en Californie.
Le nom de ce californien est inséparable des deux salles de concerts entrées dans la légende du rock, le Fillmore West de San Francisco et le Fillmore East de New York.  
Wolfgang Grajonka est un enfant de la Seconde Guerre Mondiale. Fuyant les pogroms, sa mère l'abandonne dans un orphelinat de Berlin. Graham se souviendra avec horreur d'une marche forcée à travers l'Allemagne et la France avec soixante-trois autres enfants ne se nourrissant que d'oranges, pour échapper aux camps. Il perdra sa soeur en chemin. Il exerce toute sorte de petits métiers en Europe, dont celui de garçon de café, avant de gagner l'Amérique. Adopté par une famille du Bronx, il s'essaie à une carrière d'acteur à New York, puis gagne Los Angeles, tente sa chance à Hollywood et se retrouve à San Francisco, où il devint comptable pour les métiers du spectacle. En 1965, il est agent de la San Francisco Mime Troupe, assemblage d'acteurs de théâtre spécialisés dans les happenings hippies. Il se fait remarquer pour la première fois en donnant au mois d'août une publicité spectaculaire à une altercation entre sa troupe et la Commission des parcs de San Francisco qui annonce le début de l'ère hippie. Il organise son premier concert, en soutien de la Mime Troupe, le 6 novembre 1965. A l'affiche : Jefferson Airplane, déjà, les Fugs, Sandy Bull, le poète Lawrence Ferlinghetti et la bande du Family Dog. Quelques jours plus tard,
il décide de reprendre les destinées du Fillmore Auditorium, dans le quartier noir, dont il va faire la salle la plus connue et la plus délirante de la planète, qui se nourrira de la scène de San Francisco

(Jefferson Airplane, The Grateful Dead, Quicksilver Messenger Service, Big Brother & The Holding Company - avec Janis Joplin - Country Joe & The Fish, Moby Grape, The Great Society, Sopwith Camel, It's A Beautiful Day, etc.). Il présente les affiches les plus variées et les plus aventureuses, réunissant poètes beat (Allen Ginsberg, Michael McClure, Gary Snyder) et groupes de jazz (Gabor Szabo, Charles Lloyd, Miles Davis), bluesmen (B.B.King, John Lee Hooker), comiques sulfureux (Lenny Bruce, LeRoi Jones) et groupes expérimentaux bien avant leur succès (les Mothers Of invention de Frank Zappa, Jimi Hendrix Experience, Cream), superstars (Otis Redding, les Who, Donovan, les Byrds) et curiosités (Manitas de Plata). Le succès est tel qu'il produit également ses spectacles au Winterland voisin (des Doors en 1969 à The Last Waltz de The Band en 1975), et jusqu'au Hollywood Bowl à Los Angeles. Début 1968, il ouvre une succursale à New York, le Fillmore east (la salle de San Francisco est rebaptisée Fillmore West).
  Une plétore d'enregistrements est réalisée dans les deux Fillmore, associés à la période du rock psychédélique et du blues rock :

The Live Adventures Of Mike Bloomfield & Al Kooper (1968); The Allman Brothers Band At Fillmore East (1971), Wheels Of Fire (1968) de Cream, Johnny Winter And...Live (1971), Band Of Gypsys (1970) de Jimi Hendrix, Four Way Street (1972) de Crosby, Stills, Nash (& Young), Mad Dogs And Englishmen (1970) de Joe Cocker. A San Francisco, les groupes d'acid rock habitent pratiquement au Fillmore West où se déroulent six spectacles par semaine, comme en témoignent les historiques Cheap Thrills (1968) de Big Brother & The Holding Company, Happy Trails (1969) de Quicksilver Messenger Service, Bless Its Pointed Little Head (1969) de Jefferson Airplane et Live Dead (1969) du Grateful Dead.  
 
Au début des années 70, la réputation de Bill Graham gagnera, mais en mal. L'homme sera réputé coléreux , voire hystérique, et sans scrupules. La presse underground californienne fait alors de lui l'Antéchrist, celui dont l'ambition et l'appât du lucre ont détruit le climat idyllique régnant dans la communauté des freaks. Les revendeurs de drogue envahissent ses spectacles (sa propre consommation de cocaïne est restée légendaire). Il annonce la fermeture de ses Fillmore au printemps 1971. Le 26 juin, pour la clôture du Fillmore East, l'Allman Brothers Band enregistre jusqu'à l'aube ce qui restera son plus fameux album. Quelques jours plus tard,
la fermeture du Fillmore West donne lieu à un excellent documentaire, Fillmore (Richard T.Heffron, 1972) et à un triple album, Fillmore, The Last Days, où tous viennent rendre hommage à ce personnage sans qui rien ne serait arrivé de la même façon :
 Boz Scaggs, Cold Blood, Grootna, It's A Beautiful Day, Stoneground, Lamb, Les Rowan Brothers, The Grateful Dead, les News Riders Of The Purple Sage, Hot Tuna, Quicksilver Messenger Service, Tower Of Power, Creedence Clearwater Revival et le Santana originel pour son ultime concert.  
Bill Graham n'hésitait pas à distribuer des pommes à son public affamé, ni à offrir des parapluies à ceux qui faisaient la queue pendant des heures à l'entrée de ses spectacles.
Après plusieurs échecs dans sa tentative de créer une compagnie de disques, il était devenu le plus grand promoteur de spectacle des années 70 et 80, se chargeant aussi bien du Cow Palace de San Francisco, des tournées mondiales des Rolling Stones et de Crosby, Stills, Nash (& Young), de la tournée de 1974 de Bob Dylan et de The Band que des tournées d'Amnesty International aux Etats-Unis en 1986 ("A Conspiracy Of Hope" avec U2, Sting, Bryan Adams) et autour du monde deux ans plus tard ("Human Rights Now!" avec Bruce Springsteen, Sting, Peter Gabriel, Tracy Chapman et Youssou N'Dour). Résidant à San Francisco, il avait rouvert le Fillmore West au milieu des années 80. A sa disparition dans un accident d'hélicoptère, toute la famille de San Francisco s'était retrouvée, de Crosby, Stills, Nash (& Young) à Huey Lewis And The News, de Jefferson Airplane à Joan Baez.
 "Il était l'un d'entre nous, mais il était aussi l'un deux",
 résumera la chanteuse de Jefferson Airplane, Grace Slick.
"Moitié mère Teresa, moitié Al Capone",
 précisera le comédien Peter Coyote.
   
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires