Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : On the road with Jerry...
  • On the road with Jerry...
  • : Remontons dans le temps, en pleine période des Sixties où un seul groupe semble avoir atteint le statut de légende : Grateful Dead. Jerry Garcia (disparu en 1995) personnage emblématique du groupe, guitariste hors pair vous emmène sur les traces d'une époque hors du commun...
  • Contact

WELCOME!!!

 

 

     

   
   

DE NOMBREUX CONCERTS LIVE 

 A VOTRE DISPOSITION

(vidéos) en cliquant sur :      

 

Les enregistrements LIVE

du Grateful Dead (audio)

en cliquant sur : 
      

   

LES ALBUMS

Cliquez sur les pochettes et découvrez les!!!

  

THE GRATEFUL DEAD (1967) :

undefined
ANTHEM OF THE SUN (1968):
album200-6060-copie-1.jpg
AOXOMOXOA (1969) :
undefined
LIVE/DEAD (1969)
undefined

AMERICAN BEAUTY (1970):

undefined

WORKINGMAN'S DEAD (1970):
undefinedSKULLS AND ROSES (1971):undefined
WAKE OF THE FLOOD (1973):

FROM THE MARS HOTEL (1974) :


BLUES FOR ALLAH (1975):


TERRAPIN STATION (1977) :

GO TO HEAVEN (1980):


IN THE DARK (1987):


GRATEFUL DEAD, LE FORUM
(en FR)

Image


GRATEFUL DEAD, le site
Cliquez sur :

 

 

Grateful Dead Listening Guide

Grateful Dead Listening Guide

  

QUIZZ WOODSTOCK
20 Questions...Testez-vous!!!

  ...en cliquant sur :

 

VOTRE MENU, Cliquez sur :

 

       Nombre de visiteurs :


POUR ACCEDER AUX ARTICLES, C'EST ICI:
Cliquez sur les photos de votre choix (ci-dessous) et accéder directement aux articles (par thème) du blog:

GRATEFUL DEAD & CO:

 

L'APRES GRATEFUL DEAD:



THE BEAT GENERATION:


LES FILMS 60's ET ACTUELS:



LA LITTERATURE 60's:



L'ART 60's:


SOUVENEZ-VOUS...:


GROUPES, ARTISTES 60's:


LA RELEVE ET CEUX QUI DURENT:


BOB DYLAN, ses textes traduits :


avec l'aide du site ci-dessous :
http://www.bobdylan-fr.com/


Discussion sur la notion
de "contre-culture" :

   

DISCROCK.COM

 

COURS D'HARMONICA avec Paul Lassey

 

"ON THE ROAD" - The Movie FR

On The Road - The Movie

 

THE BEAT MUSEUM

 

TOUS LES LIENS AUTOUR DE LA BEAT GENERATION,

cliquez sur :

 

LA REVOLUTION LENTE...

 

Archives

Cliquez sur ces liens :

   

...ET DECOUVREZ:

The site for Jam Band Music on the right side of the pond
  

STASH RADIO (GERMANY)

  

THE MORNING MUSIC
Toute l'actualité musicale sur :

 

"Frissons solaires d'un ange

de la désolation"

de Vince Larue

 

   

Illusory Flowers in an Empty Sky

Illusory Flowers in an Empty Sky 

Ferial

 


LE TREPONEME BLEU PALE
Treponeme bleu pale HS
 

 SEATTLE SOUND


EN MARGE 

 

Emotions électriques, le Rock Blog Libéré

kurt-cobain-1993-photo

  

23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 13:05

"Voir, les ensiegnements d'un sorcier Yaqui" (1971)


Un jeune ethnologue de l'Université de Californie décide de consacrer sa thèse aux plantes hallucinogènes du Mexique. Il rencontre un vieux sorcier Yaqui. C'est le début d'une longue initiation destinée à faire de l'apprenti un " homme de connaissance ". Tournant résolument le dos à toutes les modes douteuses d'initiation ésotérique, cette extraordinaire expérience est le récit d'un dur combat pour désapprendre quelques millénaires de " sagesse " occidentale.




...la suite : "Le voyage à Ixtlan, les leçons de Don Juan" (1972)

"En toi rien n'a vraiment changé." Ainsi se terminait le précédent livre de Carlos Castaneda, Voir (Les enseignements d'un sorcier yaqui). C'est le même sorcier indien, don Juan Matus, qui constitue la figure centrale du Voyage à Ixtlan. Deux conceptions du monde s'affrontent ici. Elles ont pour enjeu la conscience de l'auteur qui se voit soumis à un déconditionnement intensif, auquel il se prête avec curiosité, tout en s'efforçant de comprendre ce qui lui arrive. Ainsi s'opère une initiation déroutante à la faveur de laquelle l'Occidental pénètre toujours plus profondément dans le monde mental de son guide. Initiation qui ne va pas sans rébellion, scepticisme et repentirs, sans parler des terribles angoisses qu'elle impose au néophyte. Initiation qui se poursuivra pendant dix ans et prendra fin sur une illumination qui forme la dernière partie du livre.



Dans ses ouvrages, Carlos Castaneda fait le récit de son initiation, par un certain don Juan Matus, au savoir des chamans du Mexique ancien. Pendant plus de dix ans, il a rendu de nombreuses visites au sorcier et à son clan, constitué d'hommes et de femmes tous impliqués entièrement dans la quête, notamment, d'un but abstrait défini par les « voyants » de leur lignée : la liberté absolue ou la possibilité de conserver intacte leur conscience dans l'au-delà.

Carlos Castaneda décrit son immersion dans le monde de don Juan sur une longue période — période qui trouve son paroxysme au moment où don Juan Matus et son clan décident de quitter ce monde, laissant derrière eux une nouvelle génération d'apprentis, à leur tour entièrement impliqués dans la quête de la liberté absolue.

Le résultat de cet apparent effort de reconstitution et de clarification est à présent connu sous deux formes : ses ouvrages, puis la pratique de la « tenségrité ». Ses ouvrages font état d'une philosophie dont l'objet est la quête de la « Connaissance », déterminisme d'ordre ésotérique qui apporte au « sorcier » des pouvoirs inconnus au commun des mortels, dont à terme celui de l'immortalité. À la fin de son apprentissage, et conformément à une très antique tradition, consécration qui confirme la réussite des adeptes, Casteneda doit sauter dans un ravin, selon la trame de l'enseignement du « nagual » : « Si tu n'as pas réussi à assembler un autre monde avant d'arriver au fond, tu es mort. »



Extrait de "Voyage à Ixtlan"

"Un guerrier est un chasseur. Il calcule tout. C'est le contrôle.
Une fois qu'il a terminé ses calculs, il agit. Il laisse aller. C'est
l'abandon. Un guerrier n'est pas une feuille à la merci du vent.
Personne ne peut le pousser; personne ne peut le forcer à agir contre
son gré, ou contre ce qu'il a estimé être le mieux. Un guerrier est
entrainé à survivre, et il survit de la meilleure facon qui soit."
 


Dans les années 1970, Castaneda, est considéré par certains comme le messie d'une nouvelle religion, et est crédité d’une œuvre naissante cautionnant l’usage des substances « psychédéliques », à la manière d'Antonin Artaud, d’Aldous Huxley ou de Timothy Leary. De nombreuses personnes partent donc vers le Mexique central, à la recherche de don Juan, son maître à penser et inspirateur. Dans la préface du voyage à Ixtlan, Castaneda replace l'usage des psychotropes comme une pratique facultative, et dans Histoire de pouvoirs don Juan minimise plus encore leurs rôles, mais sous l'influence du mouvement hippie, le pays est ratissé pendant des années, l’homme reste introuvable ; et pour cause : conformément à la tradition des sorciers, et pas seulement yaquis, Don Juan ne dévoile pas son vrai nom.



Citations de Don Juan Matus

"Le pouvoir personnel est une sensation. Comme la sensation d'avoir
de la chance. On peut aussi dire que c'est une  disposition. Le pouvoir
personnel est quelquechose qui s'acquiert tout au long de la vie."
 

"Le dialogue intérieur est ce qui maintient les gens dans le monde
ordinaire. Le monde est tel ou tel parce que nous nous disons à
nous-mêmes qu'il est tel ou tel. Les portes du monde des chamans
s'ouvrent une fois que le guerrier a appris à faire taire son dialogue
intérieur."
 

"La connaissance est une affaire des plus délicates, surtout pour
un guerrier. Chez lui la connaissance est quelquechose qui se manifeste
d'un seul coup, le submerge et disparait."
 

"Le guerrier doit cultiver le sentiment qu'il dispose absolument de
tout pour ce voyage extravagant qu'est sa vie. Ce qui compte pour lui c'est
d'être vivant. La vie en elle-même est suffisante, complète, et justifie
tout le reste. On peut même dire, sans être présomptueux, que
l'expérience suprême est d'être vivant."
 

"Le guerrier n'apprend pas le chamanisme avec le temps; il apprend
plutot à accumuler de l'énergie avec le temps. Cette énergie lui
permettra de manier des champs énergétiques qui lui sont d'ordinaire
inaccessibles. Le chamanisme est un état de conscience, la faculté
d'utiliser des champs énergitiques qui ne sont pas utilisé dans la
perception du monde de la vie quotidienne que nous connaissons."
 

"Pour un sorcier, L'Esprit n'est une abstraction que parce qu'il le
connaît sans en parler, ni même y penser. C'est une abstraction parce
qu'il ne peut concevoir ce qu'est L'Esprit. Et pourtant, sans la moindre
chance ni le moindre désir de le comprendre un jour, un guerrier
manipule l'esprit. Il la reconnaît, la manipule, l'entraîne, se
familiarise avec lui, et l'exprime à travers ses actes."


"Tous les agissements des guerriers partent d'un déplacement de leurs
point d'assemblage, et de tels déplacements sont fonctions de la
quantité d'énergie que les guerriers ont emmagasinée."

"Les potentialités de l'homme sont si grandes et si mystérieuses que
les guérriers, plutot que d'y songer, ont choisi de les explorer, sans
espoir de jamais les comprendre."

"Il n'existe pas vraiment de procédé pour déplacer le point d'assemblage
vers la position d'impitoyabilité. L'Esprit touche la personne et son
point d'assemblage se déplace. C'est aussi simple que cela."

"Lorsqu'un homme apprend à voir, il voit qu'un homme est un oeuf
lumineux, qu'il soit mendiant ou roi,
et il n'y a rien à y changer. Ou plutôt, que pourrait-on changer dans
cet oeuf lumineux? Quoi ?"





Carlos Castaneda

De nombreux doutes sont émis sur l'identité de Carlos Castaneda. Il déclarait être né au Brésil, à Sao Paulo. Mais les documents officiels de l'immigration attestent qu'il est né à Cajamarca, au Pérou. Il grandit au Pérou en traversant de difficiles moments, comme la mort de sa mère. A partir de 1960, il suit des études d'anthropologie à l'UCLA. Au cours d'une expérience, il rencontre un indien de la tribu yaqui, Don Juan Matis. Très impressionné par le chaman, Castaneda décide d'en devenir l'élève. L'étudiant apprend les diverses techniques de sorcellerie. Docteur en anthropologie à l'université de Los Angeles en 1970, Castaneda publie de nombreux livres traitant des pratiques des sorciers chamans, ainsi que de l'usage des drogues hallucinogènes. A la fin des années soixante et pendant les années soixante-dix, ses ouvrages rencontrent un grand succès, notamment auprès du mouvement hippie. Souvent très controversé, Carlos Castaneda doit affronter les foudres de certains auteurs qui l'accusent de n'avoir écrit que des fictions. Après sa mort, de nombreux doutes sont jetés sur la validité de ses propos, et ses expériences et aventures auprès de Don Juan restent très mystérieuses.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

meubles tv 06/07/2010 15:09


Wow, chouette site, je vous remercie pour vos idées et je suis entièrement d'accord avec vous... Permettez-moi d'insister, votre site est vraiment bien bon, très instructif ! NB : Je vais prendre
un peu de temps pour réfléchir à tout ça.


Pascal 03/03/2010 21:24



Merci pour ce site très bien fait qui me donne chaud au coeur, moi qui était à Katmandou en 73...j'avais 17 ans et mon pote 16...l'aventure hippie à marqué définitivement ma vie...