Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : On the road with Jerry...
  • On the road with Jerry...
  • : Remontons dans le temps, en pleine période des Sixties où un seul groupe semble avoir atteint le statut de légende : Grateful Dead. Jerry Garcia (disparu en 1995) personnage emblématique du groupe, guitariste hors pair vous emmène sur les traces d'une époque hors du commun...
  • Contact

WELCOME!!!

 

 

     

   
   

DE NOMBREUX CONCERTS LIVE 

 A VOTRE DISPOSITION

(vidéos) en cliquant sur :      

 

Les enregistrements LIVE

du Grateful Dead (audio)

en cliquant sur : 
      

   

LES ALBUMS

Cliquez sur les pochettes et découvrez les!!!

  

THE GRATEFUL DEAD (1967) :

undefined
ANTHEM OF THE SUN (1968):
album200-6060-copie-1.jpg
AOXOMOXOA (1969) :
undefined
LIVE/DEAD (1969)
undefined

AMERICAN BEAUTY (1970):

undefined

WORKINGMAN'S DEAD (1970):
undefinedSKULLS AND ROSES (1971):undefined
WAKE OF THE FLOOD (1973):

FROM THE MARS HOTEL (1974) :


BLUES FOR ALLAH (1975):


TERRAPIN STATION (1977) :

GO TO HEAVEN (1980):


IN THE DARK (1987):


GRATEFUL DEAD, LE FORUM
(en FR)

Image


GRATEFUL DEAD, le site
Cliquez sur :

 

 

Grateful Dead Listening Guide

Grateful Dead Listening Guide

  

QUIZZ WOODSTOCK
20 Questions...Testez-vous!!!

  ...en cliquant sur :

 

VOTRE MENU, Cliquez sur :

 

       Nombre de visiteurs :


POUR ACCEDER AUX ARTICLES, C'EST ICI:
Cliquez sur les photos de votre choix (ci-dessous) et accéder directement aux articles (par thème) du blog:

GRATEFUL DEAD & CO:

 

L'APRES GRATEFUL DEAD:



THE BEAT GENERATION:


LES FILMS 60's ET ACTUELS:



LA LITTERATURE 60's:



L'ART 60's:


SOUVENEZ-VOUS...:


GROUPES, ARTISTES 60's:


LA RELEVE ET CEUX QUI DURENT:


BOB DYLAN, ses textes traduits :


avec l'aide du site ci-dessous :
http://www.bobdylan-fr.com/


Discussion sur la notion
de "contre-culture" :

   

DISCROCK.COM

 

COURS D'HARMONICA avec Paul Lassey

 

"ON THE ROAD" - The Movie FR

On The Road - The Movie

 

THE BEAT MUSEUM

 

TOUS LES LIENS AUTOUR DE LA BEAT GENERATION,

cliquez sur :

 

LA REVOLUTION LENTE...

 

Archives

Cliquez sur ces liens :

   

...ET DECOUVREZ:

The site for Jam Band Music on the right side of the pond
  

STASH RADIO (GERMANY)

  

THE MORNING MUSIC
Toute l'actualité musicale sur :

 

"Frissons solaires d'un ange

de la désolation"

de Vince Larue

 

   

Illusory Flowers in an Empty Sky

Illusory Flowers in an Empty Sky 

Ferial

 


LE TREPONEME BLEU PALE
Treponeme bleu pale HS
 

 SEATTLE SOUND


EN MARGE 

 

Emotions électriques, le Rock Blog Libéré

kurt-cobain-1993-photo

  

30 mars 2008 7 30 /03 /mars /2008 00:21

 QUI EST MUMIA ABU-JAMAL?

Tout d'abord merci à Sly d'avoir relayer l'information:
Wesley Cook, mieux connu sous le nom de Mumia A bu-Jamal, est un
journaliste et militant afro-américain né le 24 avril 1954 à Philadelphie (Pennsylvanie, États-Unis d'Amérique). Il est surtout connu pour avoir été condamné, en 1982, à la peine de mort pour le meurtre de Daniel Faulkner, un policier de Philadelphie. Il a reçu le soutien international en faveur de sa libération et/ou, pour l'organisation d'un nouveau procès. Il est devenu un symbole pour beaucoup d'opposants à la peine de mort.

En décembre 2001, sa condamnation à mort a été annulée par un tribunal fédéral sur la base de certaines irrégularités, tandis que le tribunal refusait de reconsidérer le fond de l'affaire ou d'autoriser un appel. Le procureur et les avocats de Abu-Jamal ont tous deux fait appel de la décision.

Le 27 mars 2008, une cour d'appel fédérale américaine a annulé sa condamnation à mort pour un vice de procédure mais confirmé toutefois sa culpabilité dans le meurtre du policier, écartant tout nouveau procès. Sauf appel de l'accusation, la peine devrait être automatiquement commuée en réclusion criminelle à perpétuité.

Son histoire :

 Mumia Abu-Jamal est né le 24 avril 1954. Né Wesley Cook, Mumia choisira ce prénom swahili au lycée, sous l’influence d’un enseignant d’origine kenyane. Il y ajoutera “Abu-Jamal” à la naissance de son premier fils, Jamal. A l’âge de 14 ans, Mumia est arrêté et battu pour avoir protesté contre un meeting du candidat ultraraciste George Wallace, à Philadelphie. Peu après, il est fiché par le FBI pour avoir voulu rebaptiser son lycée “Malcolm X”.

En 1969, le jeune homme est chargé de l’information à la section de Philadelphie du Black Panther Party. Le FBI le considère comme l’une des personnes “à surveiller et interner en cas d’alerte nationale”.

Il est l’une des cibles du Cointelpro (programme d’infiltration et de contre-espionnage) dont seront victimes Leonard Peltier et d’autres membres de l’Américan Indian Movement et des Black Panthers.

Devenu journaliste de radio apprécié, lauréat de plusieurs prix, Mumia est surnommé “la voix des sans-voix” pour sa critique de la corruption de la police et des dirigeants politiques locaux. Depuis 1978, il dénonce la violente répression qui frappe la communauté MOVE et, en 1981 suit le procès de son fondateur, John Africa, qui sera acquitté des charges fabriquées contre lui. Le soutien de Mumia à MOVE exaspère les politiques et la police de Philadelphie et lui vaut le renvoi d’une des stations de radio où il exerce. Pour faire vivre sa famille, Mumia est contraint de travailler comme taxi de nuit

Aux premières heures du 9 décembre 1981, Mumia Abu-Jamal est grièvement blessé lors d’une fusillade dans le quartier sud de la ville, où il vient de déposer un client. Arrêté, il est accusé du meurtre d’un policier, Daniel Faulkner, tué dans cette fusillade. Malgré ses dénégations, malgré son absence d’antécédents judiciaires, une enquête inéquitable (expertises balistiques inexistantes, balles non identifiables, absence de relevé d’empreintes, zone des faits non sécurisée, tests non effectués, etc.) conclut à la culpabilité de Mumia. Témoins menacés, subornés, écartés, rapports de police contradictoires, violations de ses droits, mèneront, en juillet 1982, à la condamnation à mort de cet opposant politique gênant sous la pression d’un juge recordman de la sentence... Mumia est “le coupable idéal”


QUI SONT LES BLACK PANTHERS

 Le Black Panther Party (à l'origine le Black Panther Party for Self-Defense) était un mouvement révolutionnaire

afro-américain formé aux États-Unis en 1966 par Bobby Seale et Huey P. Newton qui a atteint une échelle nationale avant de s'effondrer à cause de tensions internes et des efforts de suppression par l'État, en particulier le FBI (efforts qui comportaient des arrestations et l'agitation de factions rivales via des infiltrateurs). L'organisation est connue pour son programme « Free Breakfast for Children », l'utilisation du terme « pigs » (cochons) pour décrire les agents de police ainsi que pour avoir apporté des armes à feu à l'assemblée législative californienne.


Voici deux excellentes vidéos à visionner afin de mieux connaître ce mouvement :
Cliquez sur Play :


Black Panthers (1/2)




Site de soutien à Mumia Abu-Jamal :

http://www.mumiabujamal.net/

Repost 0
29 mars 2008 6 29 /03 /mars /2008 16:06
Je ne pouvais pas m'empêcher de vous parler de cette formidable formation qu'est "The Traveling Wilburys". En effet, laissons un moment San Francisco et sa contre culture pour découvrir ce "supergroupe" fondé et formé par...excusez du peu... de  Bob Dylan, George Harrison, Tom Petty, Jeff Lynne et Roy Orbison. Jim Keltner fut surnommé le « sixième Wilbury ».

En 1988, George Harrison demande à Bob Dylan d'utiliser son studio à Malibu pour enregistrer avec Roy Orbison une chanson, Handle With Care. Tom Petty étant présent, l'ambiance tourne à la fête et ainsi voient le jour les Traveling Wilburys. Sur les albums chacun d'entre eux apparaît sous un pseudonyme, tous étant censés être demi-frères de la famille Wilbury.

Leur premier album, Traveling Wilburys Vol. 1, sort en 1988. Dès sa sortie, le groupe travaille sur un deuxième album. Mais la mort de Roy Orbison en décembre 1988 interrompt ce projet.

Le groupe décide d’interrompre le travail en cours, pour marquer l’absence d’un de ses membres et lui rend hommage dans le clip de la chanson End of the Line, où chaque membre du groupe est présent, y compris Orbison, représenté par une guitare sur une chaise à bascule qui se balance au rythme de la chanson pendant que Orbison chante.

Dans cet album, les seules indications permettant d'identifier les membres du groupe sont une photo floue et vieillie ainsi que des remerciements à Barbara Orbison et Dhani (Harrison, le fils de George).

  • Pour l'album Traveling Wilburys Vol. 3 :
    • Spike Wilbury (George Harrison)
    • Muddy Wilbury (Tom Petty)
    • Clayton Wilbury (Jeff Lynne)
    • Boo Wilbury (Bob Dylan)

 





Sur le deuxième album, on aperçoit plusieurs photos assez claires permettant d'identifier les membres, en plus de remerciements à Jane Petty et Dhani (Harrison). Cet album est dédié à Lefty Wilbury, Roy Orbison.

Voici quelques clips de ce "supergroupe" :
Cliquez sur Play afin de visionner les vidéos, stopper la playlist en cours (fin de l'article) avant le visionnage :

"End of the line"



"Handle With Care"



Voici l'album "Traveling Wilburys, Volume 1" à l'écoute ci-dessous :

Repost 0
26 mars 2008 3 26 /03 /mars /2008 19:01

Enfin je l'ai!!!

J'ai réussi à me procurer ce chef d'oeuvre, que je vous conseille vivement de visionner tant pour sa distribution que pour son trip "On the road..."

...car
en 1970, un train a parcouru le Canada avec à son bord certains des plus grands groupes de rock de l’époque. Janis Joplin, The Band, The Grateful Dead, Delaney & Bonnie, Buddy Guy, Ian & Sylvia, entre autres, ont vécuensemble et fait la fête cinq jours durant, en se produisant à chaque arrêt. Ce train s’appelait le Festival Express. Le Festival Express, c’est probablement la fête

Rock 'n' roll non-stop la plus longue et la plus mémorable jamais organisée. Le Rolling Stone magazine l’a surnommé « The Million Dollar Bash ». Le Festival Express avait été conçu pour capitaliser sur le nouvel engouement pour les festivals de musique présentant de nombreux artistes sur plusieurs jours. Dans la foulée de Woodstock, à l’été 1970, ces festivals faisaient partie intégrante de la scène rock & roll.

 
festival-express-1.jpgLe Festival Express devait être un festival hors norme - un festival « mobile ». Les artistes devaient apparaître lors de différents concerts aux quatre coins du territoire canadien, de Toronto à Calgary. Le mode de déplacement devait être le train. Ce concept s’est révélé être un véritable coup de génie, et donna à cet événement une aura éternellement magique. La plupart des artistes avaient accepté de participer avec des cachets bien en deçà de ce qu’ils exigeaient habituellement. Les musiciens pensaient aussi que cette épopée en train serait « la fête ultime ».

FestivalExpress005.jpgEt ils avaient raison… Ces cinq jours en train furent l’occasion unique pour des artistes divers et variés comme

Rick Danko de The Band, Jerry Garcia, Janis Joplin, Delaney & Bonnie, et Buddy Guy de se détendre tous ensemble dans un environnement jamais recréé depuis. Livrés à eux-mêmes, ces grands noms de la musique s’en donnèrent à cœur joie : drogues, alcool, conversations psychédéliques et musique bigarrée, inimaginable pour tous ceux qui n’étaient pas présents. 



La bande annonce de ce road movie musical
Cliquez sur Play afin de visionner la vidéo :



Toutefois, tout comme Woodstock, le Festival Express a été victime de la contre culture de l’époque. Lors des deux journées d’ouverture, à Toronto, le ton fut donné. Le prix d’entrée était fixé à 14 dollars pour assister aux concerts de plus de vingt groupes sur deux jours. Pour certains, c’était une affaire. Mais pour d’autres, sensibles aux mouvements protestataires du moment, la musique devait rester gratuite pour tous. Un groupe bien organisé, dénommé le « M4M » (May 4th Movement) inonda la ville de tracts incitant à forcer les barrières au lieu de payer le billet d’entrée.

Les scènes de chaos du concert de Toronto permettent de mieux comprendre la politique de l’époque. Les fans essaient d’escalader les barrières alors que la police montée tente en vain de les en dissuader. Dans ce contexte, la réponse de The Grateful Dead consista à organiser un concert gratuit dans un parc de la ville. Ce mini-festival a également été filmé, tout comme une conférence de presse organisée à Winnipeg, arrêt suivant du train, au cours de laquelle les promoteurs tentent de se justifier devant des médias hostiles. Quel qu’ait pu être le comportement des uns ou des autres, la musique est toujours au rendez-vous.

festival-3.jpgLes images du train sont tournées avec une ou deux caméras dans un style Cinéma vérité. Elles nous permettent d’entrevoir un mode de vie qui a peut-être disparu à jamais. Une vie où les rock stars font la fête au cours d’une tournée psychédélique dans le nord du Canada, alors que le train traverse des villes totalement inconnues aux noms improbables, comme Medicine Hat ou Moosejaw. Des images d’une frénésie de shopping à Saskatoon sont entrecoupées de celles de Janis Joplin chantant avec Jerry Garcia, Bob Weir et Rick Danko, de Delaney Bramlett en plein jam avec les membres de Mountain, du bassiste de Buddy Guy fredonnant des vieux airs de soul, etc.

Le montage du film correspond à l’époque du tournage. Les techniques télévisuelles modernes n’ont pas été utilisées. L’écran est parfois divisé en deux, ce qui permet visualiser de nombreuses heures d’images qui auraient sinon sombré dans l’oubli. Enfin, outre les échanges enregistrés lors du tournage, le film propose des interviews avec une sélection de musiciens, de techniciens et d’amateurs de musique présents à l’époque pour donner aux spectateurs d’aujourd’hui (et de demain) la pleine mesure de ce qui fut probablement
 la dernière grande virée rock & roll.



Quelques extraits :
Cliquez sur play afin de visionner la vidéo :

Dans le train :




Janis Joplin - Cry Baby




Grateful Dead - New Speedway Boogie

Repost 0
25 mars 2008 2 25 /03 /mars /2008 18:56

Solidarité avec le peuple Tibétain. Soutenez le Dalai Lama

Dalai

tibet5.jpgChers amis,

Après des décennies de répression par la loi chinoise, la frustration du peuple tibétain a explosé dans les rues sous forme de protestations et d'émeutes. Avec les feux de la rampe braqués sur les Jeux Olympiques à venir en Chine, les tibétains réclament au monde un changement.

Le gouvernement chinois a dit que les protestataires qui ne se sont pas encore rendus "seront punis". Ses leaders sont en ce moment même en train de faire un choix crucial entre l'escalade de la brutalité ou le dialogue qui pourrait déterminer le futur du Tibet et de la Chine.


Nous pouvons influer sur ce choix historique. La Chine tient à sa réputation internationale.
Il est nécessaire que le président chinois Hu Jintao entende que le succès du logo "made in China" et aussi des prochains Jeux Olympiques ne sera assuré que s'il fait le bon choix. Mais il faudra une énorme mobilisation internationale pour attirer son attention - et nous en avons besoin dans les 48 heures qui suivent. Le lauréat tibétain du Prix Nobel de la Paix et leader spirituel, le Dalai Lama, a appelé à la retenue et au dialogue: il a besoin d'un soutien international. Cliquez maintenant ci-dessous pour signer cette pétition -et faites passer le message à un maximum de personnes- notre but est d'obtenir 1 million de voix pour le Tibet.


CLIQUEZ SUR LE LIEN CI-DESSOUS ET SIGNEZ LA PETITION :
http://www.avaaz.org/fr/tibet_end_the_violence/

tibet2.jpg

L'économie chinoise est totalement dépendante des exportations 'Made in China' que nous achetons et le gouvernement veut absolument faire des Jeux Olympiques à Pékin cet été une célébration de la nouvelle Chine
, respectée comme un pouvoir mondial. La Chine est aussi un pays très divers avec un passé brutal et a des raisons d'être inquiète à propos de sa stabilité. Certains des émeutiers tibétains ont tué des gens innocents. Mais le Président Hu doit reconnaître que le plus grand danger pour la stabilité chinoise et son développement vient des jusqu'au-boutistes qui conseillent l'escalade de la répression et non pas des tibétains qui recherchent le dialogue et la réforme.


Nous remettrons notre pétition directement aux officiels chinois à Londres, New York et Pékin mais il nous faut un nombre massif avant de pouvoir donner la pétition. S'il vous plaît, faites suivre cet e-mail à vos contacts avec un message expliquant à vos amis pourquoi c'est important ou utilisez notre outil 'Parlez-en à vos amis' qui apparaîtra après votre signature de la pétition pour écrire à votre carnet d'adresse.

tibet1.jpgLe peuple tibétain a souffert en silence pendant des décennies. Il est finalement temps pour eux de parler, nous devons les y aider.

Avec espoir et respect,

Ricken, Iain, Graziela, Paul, Galit, Pascal, Milena, Ben et toute l'équipe d'Avaaz.


PS - Il a été suggéré que le gouvernement chinois pourrait bloquer le site Avaaz à cause cet e-mail et des milliers de membres Avaaz en Chine ne pourraient plus participer à notre communauté. Un sondage auprès des membres d'Avaaz ce week-end a montré que plus de 80% pensent qu'il est quand même important d'agir au Tibet malgré cette terrible perte potentielle dans notre communauté, si nous pensions pouvoir faire la différence. Si nous sommes bloqués, Avaaz aidera à maintenir la campagne pour la liberté d'accès à internet pour le peuple chinois pour que tout nos membres en Chine puissent un jour revenir dans la communauté.




Voici quelques liens avec plus d'informations sur les protestations tibétaines et la réponse chinoise:

http://www.cyberpresse.ca/article/20080318/CPMONDE/80318018/1014/CPMONDE

http://www.liberation.fr/actualite/monde/316223.FR.php

http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.asp?id=67306&1736

A PROPOS D'AVAAZ

Avaaz.org est une organisation non gouvernementale indépendante à but non lucratif, qui mène des campagnes mondiales pour faire en sorte que les opinions et les valeurs des peuples influent sur les décisions mondiales. (Avaaz signifie "voix" dans de nombreuses langues). Avaaz ne reçoit aucun financement d'aucun gouvernement ou entreprise. L'équipe d'Avaaz est basée à Londres, New-York, Paris, Washington, Genève, et Rio de Janeiro.

N'oubliez pas d'aller visiter nos espaces Facebook et Myspace

Repost 0
24 mars 2008 1 24 /03 /mars /2008 20:29
3241photo400.jpg

Herman Düne est un groupe antifolk Français (définition de l'an tifolk à la fin de cette présentation)  qui a officiellement sorti son premier disque en 1999.

Le groupe est composé des frères

André Herman Düne (guitares et voix) et David-Ivar Herman Düne (guitares et voix), nés d'un père Français et d'une mère Suèdoise ce qui a longtemps porté à confusion sur la nationalité du groupe. Ils jouent depuis des années avec Neman Herman Düne (batterie, percussions et parfois chœurs), qui a remplacé Omé à la batterie en 2001. Leur jeune sœur Lisa chante parfois dans leurs chœurs. Le groupe aime multiplier les collaborations et on retrouve ainsi Julie Doiron sur Not on Top (2005) ou Baby Skins sur Giant (2006).
hermandune.jpg


Leurs influences vont de
Lou Barlow à The Mountain Goats en passant par Cat Power et Silver Jews.
Bien qu'ils n'aient sorti « que » 8 albums studio, le groupe revendiquait en 2005 l'écriture de plus de 400 chansons, et les voir sur scène est toujours une surprise tant le groupe y prend du plaisir. Il a l'habitude d'y « tester » ses nouvelles compositions avant de les enregistrer. Ils ont aussi l'habitude de s'y faire accompagner d'autres artistes comme Julie Doiron, Turner Cody ou The Baby Skins.

John Peel les invita à enregistrer 12 Peel Sessions sur la BBC, comme assez peu d'autres groupes, et aujourd'hui ils enregistrent encore pour la BBC de temps en temps. Le groupe prévoit de sortir un disque à partir de ces sessions. herman-dune_web.jpg

Après un album salué par la critique (Not on Top), leur dernier LP Giant est sorti le 16 octobre 2006 sur le label Source Etc, distribué par EMI, le premier single tiré de cet album est I wish that I could see you soon. Après la sortie du disque, André décide de ne pas participer à la tournée qui suit, laissant le reste du groupe interrogatifs quant à la forme que celui-ci prendra dans le futur.

Sur Not on top puis Giant, le groupe enregistre avec Richard Fromby en Angleterre. Ils font le choix d'enregistrer en analogique et en direct, le plus près possible de la première prise pour insister sur la spontanéité.

Les membres du groupe vivent aujourd'hui séparés à Berlin, New York et Paris mais se réunissent le plus souvent possible. Chacun est par ailleurs très actif sous une multitude de pseudonymes, seul ou accompagné, pour autant de sorties en CD-R (Ramahuset, Temple Temple, Kungen, Satan's Finger...). André et David-Ivar ont chacun contribué à une chanson de l'album de Françoiz Breut «Une Saison Volée» (2005).

Discographie

Cliquez sur Play afin de visionner la vidéo (mettez sur pause le lecteur de la playlist à l'écoute actuellement) :
"Your name, my game" (live 2006)


Le tout premier album d'Herman Düne "Turn Off The Light" (2000)



L'Antifolk
L'Antifolk est un genre musical lié au punk rock et à la musique folk américaine qui a débuté dans au milieu des années 1980 à New York.
L'anti-folk trouve ses racines dans le punk rock, et est toujours considéré comme un sous-genre de cette scène. Dans une définition large, l'anti-folk combine le naturel, l'abrasif et l'engagement politique de la scène punk avec le son du folk américain traditionnel.

Ce genre reprend le sérieux de l'engagement politique de la musique hippie des années 60 et lui rajoute un son naturel et authentique. Il dénigre le sérieux et la prétention du courant principal de la scène folk. Dans l'Anti-folk, l'autodérision et l'autoglorification ont d'une certaine façon fusionné, comme les commentaires politiques se sont liés aux chansons d'amour pour la drogue dans les sixties.

L'anti-folk est lié à d'autres genres musicaux tels que l'Urban Folk et le Counterfolk. Quelques artistes, comme Dufus, Need New Body, et Man Man, ont quitté la scène. Mais, est-ce un "genre," une "scène," une "communauté" ou juste une bande de compositeurs qui aiment s'associer les uns aux autres ? La majorité des personnes concernées répondent qu'il s'agit d'une combinaison de tout ce qui est ci-dessus.

Les artistes antifolk (cliquez sur l'artiste de votre choix et découvrez le)

Repost 0
13 mars 2008 4 13 /03 /mars /2008 20:34

undefined
174897.jpg
undefined
Bon, je vous laisse le blog pour une dizaine de jours...car je prends la route...avec, bien sûr, du Grateful dans les oreilles!!! Je m'en vais fêter la St Patrick en Espagne...(tiens d'ailleurs, petite question : connaissez-vous les origines de Jerry???) La nationalité de son père et celle de sa mère? Toutes deux différentes...(très actuel d'ailleurs)...allez...celui ou celle qui trouve je lui paye une pinte de Sainte Guinness à mon retour!!!
Bonne St Patrick à tous!!!

 

Vous avez toujours à votre disposition et à l'écoute certains albums de Grateful Dead sur cette page d'accueil (colonne de gauche, cliquez sur les pochettes d'album) et du son dans les articles précédents (Artistes, Groupes 60's)...

 

Repost 0
11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 18:54

undefined

ARCHESundefined
BANYAN TREE
undefined

BUTTERFLY STUDY
undefined 
BARNYARD VIEWBarnyard-view.jpg

 
DAWN AT THE RITZ CARLTON
Dawn-at-The-Rizt-Carlton.jpg

MOON RIVER
Mood-River-sm.jpg

 

                     NORTHERN LIGHTS
Northern-Lights.jpg

 LIZARD BOARDLizard-Board.jpg
RACE RECORD DREAM
Race-record-Dream.jpg

 

 

 

 


 

Repost 0
9 mars 2008 7 09 /03 /mars /2008 19:27

NeilYoung300.jpgS'il y a deux choses que Neil Young sait faire, c'est écrire des chansons et boire de la tequila. Véritable zéphyr du rock, chargé de sable et de cailloux, Neil Young est l'un des artistes les plus tristes, les plus émouvants et charismatiques de l'histoire du folk. Et du rock.neil_young_sur_la_plage.jpg




Canadien de naissance, né le 12 novembre 1945 à Toronto, Neil Percival Kenneth Robert Ragland Young s'est rapidement plongé dans la tradition des écrivain-poète-chanteurs des années 70 qui ont insufflé une nouvelle vie à la country et au folk, à l’instar des Bob Dylan, et autres Leonard Cohen. Pas difficile de se lancer lorsque maman est chanteuse et papa écrivain (même s'il était surtout connu comme présentateur de hockey sur glace à la télé canadienne dans les années 50). Après le divorce de ses parents, Young s'installe avec sa mère à Winipeg.

buffalospringfield230.jpgIl se met à la musique au lycée, alternant entre son groupe de garage rock, The Esquires, et les clubs locaux de folk, où il croise le chemin de
Joni Mitchell et Stephen Stills. Il s'en revient à Toronto au milieu des années 60 et joue du folk en solo. Il rejoint les Mynah Birds en 1966, avec Bruce Palmer et Rick James, le temps d'enregistrer quelques singles pour la Motown qui resteront dans l'ombre. Frustré, Neil Young embarque avec Palmer dans sa Pontiac, direction la cité des anges : Los Angeles. Sur place, Young retrouve Stephen Stills et ils forment ensemble Buffalo Springfield, qui devient rapidement l'un des leaders de la scène folk-rock Californienne.

Mais le groupe connaît des tensions, et Young le quitte à plusieurs reprises avant de s'en aller définitivement pour se lancer en solo en Mai 1968.

CY001RS.jpgPour le coup, c’est le groupe
Crosby, Stills And Nash qui le prend en stop sur le siège guitare en 1970 pour l’historique album Déjà Vu dont certains morceaux avaient résonné sur la scène de Woodstock. Les 3 mousquetaires avaient sorti un premier album éponyme en 1969 mais, c’est bien connu...ils sont 4 dans le roman de Dumas. En ce qui concerne Neil et avant qu’il ne les rencontre, il connaît une coopération ratée avec la boîte Motown (celle de Stevie Wonder, Diana Ross, Damian Marley, Marvin Gaye, etc) et avec le chanteur Rick James (oui, tu as bien lu : le roi du funk !). 

ZZZ.jpg
Neil Young décide donc de s’installer en 1966 à Los Angeles avec un pote bassiste Bruce Palmer pour sortir un premier album solo trois ans plus tard. Ensuite, il tente un deuxième album dont le titre annonce déjà sa longue perdition d’auto-stoppeur un peu paumé marchant à l’aveuglette : Everybody Knows is Nowhere . Mais comme personne ne connaît vraiment le chemin, il suit les nuages qui lui indiquent un sentier à peine éclairé par la lune et rencontre un autre guitariste qu’il avait entraperçu au Canada, Stephen Stills. neil_young-02.jpg


Avec Palmer et Stills, Neil Young monte un groupe rock psychédélique à tendance country, Buffalo Springfield, en « hommage » à une marque très connue de tracteurs et de machines agricoles. Malheureusement, le groupe a plus des allures de roulottes que de combi Volkswagen. Il faudra attendre la formation des quatre mousquetaires pour enfin voir des auto-stoppeurs marchant dans la même direction. Crosby, Stills, Nash & Young roulent sans phare vers la Californie. 


harvest.jpgMais, et c’est ce qui fait son charme, Neil Young reste réticent à fusionner et préfère garder un certain individualisme rimbaldien via un autre album solo qu’il fait à la même époque : After the Gold Rush. Dans cet album, il critique déjà le racisme des blancs du sud, leur violence et leur bêtise, critique qu’on retrouvera dans la célèbre chanson Alabama. Les
Lynyrd Skynyrd auront beau répliquer par Sweet Home Alabama, il n’en restera pas moins que l’album de Neil Young, Harvest (à l'écoute actuellement sur ce blog), sera l’album le plus vendu de l’année 72 ! Cela tombe bien car il vient d’avoir un enfant avec l’actrice Carrie Snodgress (que tu verras en 1985 donner la réplique à Clint Eastwood dans Pale Rider).

320c_2.jpg
En 1973, il compose le très poignant Tonight’s the Night avec l’aide de son producteur Jack Nitzsche laissant brusquement en carafe les autres mousquetaires. On the Beach sort en 74 et donne l’impression que Young délaisse de plus en plus le folk pour embrasser la cause du « sex, drugs & rock’n roll ». Il sort des disques à un rythme régulier, toujours avec ses mêmes musiciens mais il faudra attendre 1992 pour revoir enfin du bon vieux Neil Young avec son album Harvest Moon.

Sortent This Note's For You (1988), Freedom (1989), Ragged Glory (1990), Harvest Moon (1992), Sleeps with Angels (1994) : 
Très affecté par le suicide de Kurt Cobain, le leader de
Nirvana, qui cite l'une de ses phrases dans sa lettre d'adieu, Neil Young lui dédie le déchirant Sleeps With Angels en 1994.

dead_man.jpgIl édite Sleeps With Angels (1994) aux côtés des Crazy Horse, tourne ensuite en compagnie de Pearl Jam (album commun Mirror Ball en 1995) et réalise la bande originale du film "Dead Man" (1996). La fin des années 90 marque la réédition des premiers albums de Buffalo Springfield.neilyoung_livingwithwar_coverart.jpg

Sortent ensuite MirrorBall (1995), Broken Arrow (1996), Are You Passionate ? (2002), Greendale (2003), Prairie Wind (2005) et Living with War (2006). Ce dernier disque étant un manifeste anti-
Bush particulièrement corrosif

neil-young.jpg

Le dernier album de Neil Young,
Chrome Dreams II (2007), est dans la lignée des albums mélangeant les balades country et les compositions plus électriques. Young démontre encore une fois par cet album qu'il est l'une des rares légendes du rock à s'être constamment renouvelé tout au long de sa carrière et à garder une inspiration aussi continue.

 


Le DVD à se procurer
:

503.jpg
Neil Young : Heart of Gold

de Jonathan Demme

[Documentaire]

Film américain en couleur, 2006, tous publics

Durée : 1 h 43


Un des morceau de la bande son originale du film Dead man avec Johnny Deep par Neil Young  :

Mettez sur pause la playlist à l'écoute actuellement et cliquez sur play afin de visionner le clip :





L'album Harvest à l'écoute ci-dessous :

 

 

Repost 0
7 mars 2008 5 07 /03 /mars /2008 18:59

Desolation Row
ALBUM : "HIGHWAY 61 REVISITED" - 1965


984634_170x170.jpg"Desolation Row" est un grotesque Mardi Gras où les héros et les vilains de notre mythologie et histoire sont placés côte à côte. Ils sont risibles, mais notre sourire se fige. Tout est dérisoire, tout est à dormir debout. Dylan formule les visions en rock de l'Apocalypse contemporaine. Le décor est un paysage mental rêvé, la description de Dylan combine puissamment le grotesque, l'existentiel et le rêve.
Si bizarre que soit sa distribution, ce sont des gens véritables.
En chemin, nous rencontrons la condamnation par Dylan des chaînes de montage, l'engagement politique simpliste... Quelle différence cela fait-il d'être dans un camp ou l'autre, si l'on voyage à bord du Titanic? L'ironie et le sarcasme sont les réverbères posés le long de "Desolation Row", pour contenir l'obscurité totale et désespérante. Humour de gibet pour une pendaison de masse.
La lenteur de la musique rehausse le roulement biblique de la chanson. Une guitare romantique jouée de main de maître au dessus et derrière la partie vocale adoucit quelque peu la répétition.
L'un des sorts de la vision poétique, c'est de ne voir que trop clairement entre les choses telles qu'elles sont et telles qu'elles devraient être.

undefined

  




Desolation Row L'allée de la Désolation
They're selling postcards of the hanging
They're painting the passports brown
The beauty parlor is filled with sailors
The circus is in town
Here comes the blind commissioner
They've got him in a trance
One hand is tied to the tight-rope walker
The other is in his pants
And the riot squad they're restless
They need somewhere to go
As Lady and I look out tonight
From Desolation Row
Ils vendent des cartes postales de la pendaison,
Ils peignent les passeports en brun
Le salon de beauté est rempli de marins,
Le cirque est en ville
Voici venir le délégué aveugle,
Ils l'ont mis en transe,
Il a une main attachée au funambule,
L'autre dans son pantalon
Et les briseurs d'émeute sont très agités,
Ils cherchent un endroit où aller
Comme Madame et moi regardons dehors ce soir
De l'Allée de la Désolation
Cinderella, she seems so easy
"It takes one to know one," she smiles
And puts her hands in her back pockets
Bette Davis style
And in comes Romeo, he's moaning
"You Belong to Me I Believe"
And someone says," You're in the wrong place, my friend
You better leave"
And the only sound that's left
After the ambulances go
Is Cinderella sweeping up
On Desolation Row
Cendrillon semble si à l'aise
"Il faut en être pour les reconnaître" sourit-elle,
Puis plonge les mains dans ses poches arrières,
A la Bette Davis
Alors arrive Romeo qui gémit :
"Tu m'appartiens, je crois"
Et quelqu'un dit "Tu te trompes d'endroit, mon ami,
Tu ferais mieux de partir"
Et le seul bruit qui reste,
Après que les ambulances sont parties,
C'est Cendrillon qui balaie
L'Allée de la Désolation
Now the moon is almost hidden
The stars are beginning to hide
The fortunetelling lady
Has even taken all her things inside
All except for Cain and Abel
And the hunchback of Notre Dame
Everybody is making love
Or else expecting rain
And the Good Samaritan, he's dressing
He's getting ready for the show
He's going to the carnival tonight
On Desolation Row
Maintenant la lune est presque cachée,
Les étoiles commencent à disparaître
La diseuse de bonne aventure
A même rentré toutes ses affaires
Tous à l'exception de Cain et Abel
Et du bossu de Notre-Dame,
Tout le monde fait l'amour
Ou encore attend la pluie
Et le bon samaritain, il s'habille
Il se prépare pour le spectacle
Il va au carnaval ce soir
Dans l'Allée de la Désolation
Now Ophelia, she's 'neath the window
For her I feel so afraid
On her twenty-second birthday
She already is an old maid
To her, death is quite romantic
She wears an iron vest
Her profession's her religion
Her sin is her lifelessness
And though her eyes are fixed upon
Noah's great rainbow
She spends her time peeking
Into Desolation Row
Maintenant Ophélie est sous la fenêtre,
Pour elle j'ai si peur
A son vingt-deuxième anniversaire,
C'est déjà une vieille fille
Pour elle, la mort est bien romantique,
Elle porte un gilet de fer
Sa profession est sa religion
Son péché est son absence de vie
Et bien qu'elle ait les yeux braqués
Sur le grand arc-en-ciel de Noé
Elle passe son temps à épier
Dans l'Allée de la désolation
Einstein, disguised as Robin Hood
With his memories in a trunk
Passed this way an hour ago
With his friend, a jealous monk
He looked so immaculately frightful
As he bummed a cigarette
Then he went off sniffing drainpipes
And reciting the alphabet
Now you would not think to look at him
But he was famous long ago
For playing the electric violin
On Desolation Row
Einstein déguisé en Robin des Bois
Avec ses souvenirs dans une malle
Est passé par ici il y a une heure,
Avec son ami, un moine jaloux
Il avait un air si impeccablement effroyable,
Comme il mendiait une cigarette
Puis il alla renifler les gouttières
En récitant l'alphabet
Aujourd’hui vous ne le regarderiez pas,
Mais jadis il fut célèbre,
Comme joueur de violon électrique
Dans l'Allée de la Désolation
Dr. Filth, he keeps his world
Inside of a leather cup
But all his sexless patients
They're trying to blow it up
Now his nurse, some local loser
She's in charge of the cyanide hole
And she also keeps the cards that read
"Have Mercy on His Soul"
They all play on penny whistles
You can hear them blow
If you lean your head out far enough
From Desolation Row
Le docteur Obscène garde son monde
A l'intérieur d'une coupe de cuir
Mais tous ses patients asexués
Essaient de la gonfler
Son infirmière, une perdante du coin,
Est responsable du trou de cyanure
Aussi elle garde les cartes qui disent
"Ayez pitié de son âme"
Ils jouent tous sur leurs sifflets à deux sous,
Vous pouvez les entendre souffler
Si vous penchez la tête dehors assez loin
De l'Allée de la Désolation
Across the street they've nailed the curtains
They're getting ready for the feast
The Phantom of the Opera
A perfect image of a priest
They're spoonfeeding Casanova
To get him to feel more assured
Then they'll kill him with self-confidence
After poisoning him with words
And the Phantom's shouting to skinny girls
"Get Outa Here If You Don't Know
Casanova is just being punished for going
To Desolation Row"
De l'autre côté de la rue, ils ont cloué les rideaux,
Ils se tiennent prêts pour la fête
Le fantôme de l'opéra
L'image parfaite d'un prêtre
Ils nourrissent Casanova à la cuillère
Pour lui donner plus d'assurance,
Puis ils le tueront avec sa confiance en lui
Après l'avoir empoisonné de paroles
Et le fantôme crie aux filles squelettiques
"Sortez d'ici si vous ne le savez pas
Casanova est puni rien que pour avoir été
Dans l'Allée de la Désolation"
Now at midnight all the agents
And the superhuman crew
Come out and round up everyone
That knows more than they do
Then they bring them to the factory
Where the heart-attack machine
Is strapped across their shoulders
And then the kerosene
Is brought down from the castles
By insurance men who go
Check to see that nobody is escaping
To Desolation Row
Maintenant à minuit tous les agents
Et l'équipe de surhommes
Sortent et ramassent tous ceux
Qui en connaissent plus qu'eux
Puis ils les amènent à l'usine
Où la machine à crise cardiaque
Leur est attachée aux épaules
Ensuite la paraffine
Est emmené des châteaux
Par des assureurs qui vont
Veiller à ce que personne que personne ne s’échappe
Vers l'Allée de la Désolation
Praise be to Nero's Neptune
The Titanic sails at dawn
And everybody's shouting
"Which Side Are You On?"
And Ezra Pound and T.S. Eliot
Fighting in the captain's tower
While calypso singers laugh at them
And fishermen hold flowers
Between the windows of the sea
Where lovely mermaids flow
And nobody has to think too much
About Desolation Row
Loué soit le Neptune de Néron
Le Titanic navigue à l'aube,
Et tout le monde crie
"Dans quel camp es-tu ?"
Et Ezra Pound et T.S. Eliot
Luttent dans la tour du capitaine
Tandis que les chanteurs de calypso rient d'eux
Et que les pêcheurs tiennent des fleurs
Entre les fenêtres de la mer
Où nagent d'adorables sirènes
Et personne ne pense trop
A l'Allée de la désolation
Yes, I received your letter yesterday
(About the time the door knob broke)
When you asked how I was doing
Was that some kind of joke?
All these people that you mention
Yes, I know them, they're quite lame
I had to rearrange their faces
And give them all another name
Right now I can't read too good
Don't send me no more letters no
Not unless you mail them
From Desolation Row
Oui j'ai reçu ta lettre hier,
(Au moment où la poignée de la porte s'est cassée)
Quand tu m’as demandé comment ça allait
Etait-ce en manière de plaisanterie ?
Tous ces gens que tu cites
Oui je les connais, ils sont assez abîmés
Il faudrait que je remodèle leurs visages
Et leur donne à tous un autre nom
En ce moment je ne lis plus très bien,
Ne m'envoie plus de lettres non
A moins que tu ne les postes
De l'Allée de la Désolation

 

 

Repost 0
5 mars 2008 3 05 /03 /mars /2008 20:17

undefinedPsych-Out (1968)undefined

Origine : Etats-Unis
Genre : Psychédélique

Réalisé par Richard Rush.
Avec Susan Strasberg, Jack Nicholson, Dean Stockwell, Bruce Dern, Adam Roarke, Max Julien.



undefinedL'histoire de "Psych-Out"


Jennie (Susans Strasberg) est une fugitive de 17 ans qui part à San Francisco à la recherche de son frère Steve (Dean Stockwell). Dans un café, elle rencontre Stoney (Jack Nicholson), un hippie, qui va l'aider à retrouver son frère. Avec sa bande de copains, Stoney va transformer Jennie en une hippie aux jupes courtes et vont parcourir tous les repères hippies d'Haight-Ashbury à la recherche de Steve.


La bande annonce du film



Un extrait du film (Jack Nicholson à la guitare ???)



Le film
undefined 
1h25 de délires psychédéliques en continu. Tout y passe : image kaléidoscopique, flous, éclairages aussi bariolés que les décors et que les costumes, séquences d'hallucinations... Des effets de style bien entendu très kitsch, mais pourtant pas désagréables. Principalement les hallucinations, très beaux moments d'onirisme faisant plonger le film dans une ambiance fantastique (les murs qui se mettent à fumer, la fille se noyant dans une piscine en flammes) voire horrifique (ce pauvre bougre qui sous l'influence du LSD voit ses amis sous forme de morts-vivants avant de remarquer que lui-même est en train de pourrir). 
undefined
Bien sûr, nous avons également droit à des scènes musicales, généralement des grands solos de guitare joués par Nicholson (?) dans des boîtes de nuit tout ce qu'il y a de plus 60's. Pourtant, elles ne sont pas gratuites : Stoney va ainsi connaître le succès, ce qui amène de profonds débats sur l'idéal hippie : doit-il faire passer le succès avant ses idéaux et donc intégrer une société qu'en principe il rejette ? Une problématique très ancrée dans le contexte de réalisation du film, et qui ne trouve plus guère d'écho aujourd'hui, tant les mouvements marginaux se révèlent bien moins développés que ne l'était le psychédélisme à l'époque, sans compter leur finalité forcément différente. 
undefined
Derrière ce questionnement existentiel finalement seulement effleuré se trouve aussi une description relativement minutieuse de la vie en communauté hippie, et sa perception par un personnage (celui de Strasberg) qui n'est au début pas hippie. Appartements bondés de gens dormant un peu partout, vie oisive, drogues à tout va, humour très particulier (un enterrement qui tourne à la fête), conception philosophique de l'art (le domaine le plus important dans la vie des hippies du film), bref, de quoi décontenancer l'héroïne. C'est une véritable introduction à la vie hippie qui lui est présentée, à elle mais aussi aux spectateurs. 

undefined
Bien sûr, les rires pourront fuser de la part de spectateurs modernes que nous sommes, mais bon, l'optique du film n'était assurément pas de transmettre une idéologie, mais davantage de la faire découvrir sous forme d'une docu-fiction adressée à la population de l'époque. Les relations entre personnages sont également abordées, et à travers elles sera abordé un autre questionnement idéologique : celui des sentiments amoureux. Liberté sexuelle ou jalousie ? Stoney sera tiraillé entre ses opinions personnelles et les conseils de ses amis hippies. Là encore, pas véritablement de réponse... 

Psych-Out est donc un véritable film d'exploitation, clairement adressé à un jeune public d'une époque donnée. Evidemment, ce n'est pas un chef d'oeuvre, mais ce que le film a perdu en crédibilité au fil des années, il l'a regagné grâce au décalage et à la curiosité vis-à-vis d'une époque toujours très réputée mais qui commence à se faire sérieusement distante...
Repost 0